www.solidarites.org

Myanmar

Des conflits de plus en plus oubliés
+ 1 million de personnes en besoin d'une assistance humanitaire
336 000 personnes déplacées vivent dans des camps en raison des violences dans le Nord du pays
782 000 personnes sont en insécurité alimentaire
160 000 personnes secourues

Contexte

Le Myanmar est en proie à des conflits internes depuis que son indépendance a été déclarée en 1948.

Dans l’État du Kachin, 17 ans après l’accord de cessez-le-feu, la reprise des conflits entre l’armée birmane et l’armée pour l’indépendance du Kachin en 2011 a entrainé le déplacement interne de plus de 100 000 personnes. En 2020, 95 000 personnes vivent encore dans plus de 160 camps dans l’État du Kachin, dont la moitié se situe dans des zones où l’accès humanitaire est très restreint. Bien que les personnes soient déplacées depuis 10 ans et que la situation sécuritaire ait été relativement calme en 2020, la majorité des personnes reste réticente à rentrer chez elles. En effet, la situation reste volatile puisqu’aucun accord de paix n’a été signé et que les combats continuent dans l’État voisin du Northern Shan. Les risques liés à la présence de mines terrestres restent très élevés et les populations ont très peu de garanties quant à l’accès à leur terre et à des moyens de subsistance. Néanmoins, la situation du COVID-19 a relancé quelques dynamiques sporadiques de déplacement de populations puisque certaines personnes ne se sentaient plus en sécurité dans des camps en cette période et ont préféré trouver refuge dans un village moins peuplé.

Dans l’État du Rakhine, l’un des plus pauvres du pays et régulièrement exposé aux catastrophes naturelles, des conflits entre communautés musulmanes et bouddhistes ont éclaté en 2012, provoquant le déplacement de plus de 140 000 personnes. Depuis, différentes vagues de violence ont touché l’État du Rakhine, atteignant une intensité record en août 2017 et faisant fuir 740 000 Rohingyas, minorité musulmane du Myanmar, vers le Bangladesh. Après plus de 9 ans, environ 126 000 Rohingyas vivent encore dans 23 camps du Rakhine, et entre 400 à 600 000 Rohingyas vivent dans des villages. Ces personnes ont une liberté de mouvement très restreinte. Depuis décembre 2018, le conflit entre l’armée birmane et l’armée de l’Arakan (groupe armé formé par la minorité bouddhiste du Rakhine) a entrainé le déplacement de près de 200 000 nouvelles personnes et rendu l’accès au Nord de l’État très restreint. Chaque année, l’État du Rakhine est confronté à une période accrue de sècheresse et de nombreux villages côtiers se retrouvent sans eau de mars à juin. Cette situation est d’autant plus alarmante sur les camps de Pauktaw, où les populations rohingyas n’ont pas de liberté de mouvement. En 2020, entre changement climatique (montée du niveau de la mer) et la situation du COVID-19, la saison sèche a été particulièrement éprouvante pour les populations qui avaient besoin d’autant plus d’eau pour se protéger contre la propagation du virus.

Les personnes déplacées qui vivent au Myanmar sont extrêmement dépendantes de l’aide humanitaire pour l’approvisionnement en nourriture et en eau, tandis que les services de santé, d’éducation et l’accès aux moyens de subsistance sont presque inexistants.

Enfin, la pandémie de COVID-19 n’a fait que s’ajouter aux enjeux auxquels les populations du Myanmar faisaient déjà face.

  • 54,5 millions d'habitants
  • 26% de taux de pauvreté
  • 145ème sur 189 pays pour l'Indice de Développement Humain

Notre action

  • Année d'ouverture
    de la mission 2008
  • Équipe 18 internationaux
    330 nationaux
  • Budget 6M€

SOLIDARITÉS INTERNATIONAL est intervenue pour la première fois au Myanmar en mai 2008 en réponse au cyclone Nargis dans la région du Delta.

À ce jour, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL Myanmar est présente dans les États du Kachin et du Rakhine et répond aux besoins de base en eau, assainissement et hygiène (EAH), ainsi qu’en sécurité alimentaire et moyens d’existence des populations touchées par les conflits (populations déplacées, retournées et communautés hôtes).

Dans un contexte de crises humanitaires prolongées avec des personnes vivant dans des camps depuis de nombreuses années, le maintien de la dignité et l’accès aux services de base des populations les plus vulnérables est la priorité de notre équipe, tout en travaillant au changement avec les communautés et nos partenaires locaux. La majorité des populations déplacées ont aussi perdu leur source de revenus et se retrouvent très dépendantes de l’aide alimentaire. SOLIDARITÉS INTERNATIONAL met en place des activités génératrices de revenus telles que le maraîchage pour ses populations déplacées. Ceci leur permet de retrouver leur indépendance via un emploi ou une activité, ainsi que de varier leur régime alimentaire.

En tant qu’acteur en eau, assainissement et hygiène (EAH), nous sommes fortement impliqués sur la réponse COVID-19 tout au long de l’année 2020 avec nos partenaires sur le terrain. Face à la menace du COVID-19, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a renforcé ses activités de sensibilisation à l’hygiène. Toutes les mesures nécessaires ont été mises en place : communication sur les gestes barrières, distanciation physique lors des distributions, installation de stations mobiles de lavage des mains, intensification de la distribution des produits d’hygiène (savons, désinfectants) ou encore diffusion de messages de prévention par mégaphone.

Partenaires

Partenaires de mise en œuvre : Oxfam, Kachin Baptist Convention (KBC – partenaire local dans le Kachin), Wunpawng Ninghtoi (WPN – partenaire local dans le Kachin), Humanité & Inclusion (HI), Cart’ONG, Fondation Veolia

Bailleurs : ECHO, OFDA/BHA, DFID/HARP-F, CIAA et Centre de Crise et de Soutien (MEAE), Myanmar Humanitarian Fund (MHF/OCHA), UNICEF

Notre impact

eau hygiène et assainissement

Accès aux services et infrastructures de base

34 513 personnes bénéficiaires

– Construction, rénovation et entretien de points d’eau et de latrines
– 
Amélioration des latrines pour subvenir aux besoins de personnes en situation de handicap
– Construction de point de lavage des mains
– Sessions de sensibilisation à l’hygiène et notamment à l’hygiène menstruelle
– Distribution de kits hygiène
– Gestion et incinération des déchets
– Gestion et traitement des déchets liquides
– Amélioration d’un système de traitement des boues
– Programmes d’argent contre travail œuvrant à la réparation des infrastructures EAH
– Distribution d’outils agricoles
– Assainissement de champs inondés
– Formation des agriculteurs au contrôle des nuisibles
– Distribution d’engrais
– Formation à l’agriculture en sacs, jardins potagers et jardins potagers suspendus
– Elaboration d’un programme de formation professionnelle
– Construction et entretien de canaux de drainage
– Développement de la production de poissons et de crabes

Réponse multisectorielle aux urgences

122 890 personnes bénéficiaires

– Distribution d’eau par bateau et pompage à distance pendant la pénurie d’eau en fin de période sèche
– Contrôle de la qualité de l’eau
– Distribution de kits de traitement de l’eau
– Distribution de filtres à eau en céramique
– Distribution de nourriture
– Distribution de kits abris et kits d’hygiène d’urgence
– Distribution monétaire

Pour toute information vous pouvez contacter Raphaëlle Goepfert.

Raphaëlle Goepfert

Dans le monde

Postes à pourvoir

12
Au siège
83
Sur le terrain
11
En stages