Aider dans la durée

L’urgence de solutions durables

Dans les contextes où les risques de catastrophes naturelles, d’épidémies ou de conflits sont élevés, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL contribue à renforcer les capacités de résilience des populations. C’est-à-dire leur capacité à rebondir après une crise, à revenir à leurs conditions de vie normales et à s’adapter à leurs nouvelles contraintes.

Renforcer la résilience des communautés

26
millions de personnes
vivent d’activité pastorale

42,5
millions d’hectares
c’est le potentiel
d’irrigation en Afrique

1
dollar investi
dans l’accès à l’eau
en rapporte 2

4
milliards de personnes
connaissent des pénuries d’eau
sévères au moins 1 mois / an

Au Sahel, aménager les bas-fonds près des rivières permet de cultiver malgré la sécheresse. Anticiper ce type de phénomène est une des clés pour permettre à des milliers de familles de survivre et de rester dignes malgré des conditions de vie toujours très difficiles.
Cédric Fioekou, responsable sécurité alimentaire et moyens d’existence

Sur la base d’une analyse, sur le terrain, des vulnérabilités des populations face aux différents chocs, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL met en œuvre des actions de préparation et de mitigation des catastrophes permettant de diminuer ces vulnérabilités sur le long terme. Et ce, dès la phase de réponse à l’urgence.

Former et transmettre des savoir-faire

Afin de renforcer les capacités des populations à faire face aux chocs, Solidarités International s’appuie sur les savoir-faire traditionnels existant au niveau local et y apporte son expertise. Les formations aux bonnes pratiques d’hygiène contribueront ainsi à éradiquer certaines maladies comme le choléra. La promotion de pratiques agro-pastorales adaptées aux caractéristiques locales améliorera les productions agro-pastorales en prenant en compte la gestion durable des ressources naturelles.

SOLIDARITÉS INTERNATIONAL appuie les populations dans le processus d’adaptation à de nouvelles contraintes : développement de la petite irrigation dans le Sahel, formation professionnelle pour les populations déplacées ne pouvant pas redémarrer leurs activités traditionnelles, promotion de semences résistantes à la salinité des sols…

Construire des infrastructures qui résistent

Lorsque le contexte le permet, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL construit et réhabilite des infrastructures durables. En mettant l’accent sur l’utilisation de matériaux de qualité, ainsi que sur la formation des techniciens locaux, nos équipes permettent à ces techniques d’être répliquées une fois les projets terminés. Il s’agit de réseaux d’adduction d’eau potable, canaux d’irrigation, banques céréalières, station de traitement des boues de vidanges des latrines…

Renforcer les capacités des acteurs locaux

Les projets que nous mettons en place ne fonctionnent dans le temps que si les communautés se les approprient. Pour chacun des projets mis en place, nous formons des Comités de Gestion à la maintenance des infrastructures.
Alexandre Giraud, directeur des opérations

SOLIDARITÉS INTERNATIONAL travaille en collaboration avec les communautés, la société civile et les gouvernements pour trouver des solutions adaptées aux problèmes rencontrés sur le long terme. Notre priorité : nous assurer que les acteurs locaux sont en capacité de continuer le travail commencé pendant les projets mis en œuvre, une fois que l’organisation se retire.

Dans de nombreux pays, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL noue des partenariats avec des associations et des institutions locales afin de renforcer leurs connaissances et leurs capacités institutionnelles, organisationnelles, techniques et matérielles. Une approche qui permet également à SOLIDARITÉS INTERNATIONAL d’apprendre de l’expertise spécifique de ces partenaires, notamment leurs connaissances du milieu local, facteur essentiel de la mise en œuvre de programmes de qualité.

Ces partenariats incluent des actions telles que la construction de pharmacies vétérinaires pour des associations d’éleveurs, le développement de production locale de chlore et de savon auprès d’organisations de femmes, la formation de comité de gestion de point d’eau et d’association artisan réparateur de pompes et de puisatiers…

Réduire les risques de catastrophes naturelles sur le long terme

34%
des catastrophes naturelles
sont des inondations

291
catastrophe naturelles
en 2015 contre
24 en 1950

317
millions de personnes
affectéespar des catastrophes
naturelles en 2016

92,38
milliards de dollars en 2016
c’est le coût des
catastrophes naturelles

Après les inondations, la digue qui protégeait le village a été détruite. SOLIDARITÉS INTERNATIONAL nous a rémunéré pour la reconstruire et surélever 4 km de route principale, elle aussi complètement détruite.
Ful Jan Katum Bibi, villageoise du Bangladesh

Plus de 250 millions de personnes ont été affectées par les catastrophes naturelles lors de la dernière décennie. 95% d’entre elles vivent dans des pays en voie de développement. Le changement climatique influence sur le long terme l’augmentation en intensité et en fréquence de ces catastrophes. SOLIDARITÉS INTERNATIONAL intègre l’analyse des risques liés aux catastrophes naturelles afin de mieux adapter ses programmes.

Reconstruire et anticiper

Suite à une catastrophe naturelle, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL apporte une réponse d’urgence en aidant les populations à couvrir leurs besoins vitaux, mais pas seulement. Nous intégrons dès la réponse d’urgence des actions de renforcement des capacités des populations afin qu’elles soient mieux préparées en cas de nouvelle catastrophe et que les impacts négatifs (destruction des cultures, habitats, stocks de nourriture, infrastructures de base et accès à l’eau potable…) soient réduits. Que ce soit face aux inondations, aux feux de forêt ou encore à la sécheresse, les communautés ont depuis toujours développé de manière autonome des mécanismes de solidarité, d’adaptation et de prévention pour réduire les impacts de ces désastres. C’est ainsi que SOLIDARITÉS INTERNATIONAL travaille conjointement avec les populations en promouvant un modèle de gestion communautaire des risques liés aux catastrophes.

Ensemble, des solutions sont trouvées pour renforcer la résilience des populations en proie aux catastrophes : construction de latrines surélevées au Pakistan ou réhabilitation de digues au Bangladesh pour diminuer l’impact des inondations, gestion communautaire des pâturages en Afghanistan permettant une meilleure conservation des ressources naturelles face aux aléas climatiques, intégration de l’analyse des risques liés aux catastrophes naturelles dans la reconstruction de quartiers en Haïti, mise en place de comités de gestion de l’eau dans les zones affectées par la sécheresse au Kenya…

Pour toute information vous pouvez contacter Anne-Lise Lavaur.

Anne-Lise Lavaur

Postes à pourvoir

22
Au siège
36
Sur le terrain
9
En stages