www.solidarites.org

Haïti, les ONG doivent poursuivre leurs actions

Publié le mercredi 8 janvier 2020

Depuis dix ans, la situation sanitaire en Haïti, notamment dans la zone de Port-au-Prince, s’est considérablement dégradée, que ce soit dans les zones touchées par le séisme et l’ouragan Matthew ou dans les zones ayant accueilli les personnes déplacées. Aujourd’hui, après plusieurs mois de crise économique et politique, un tiers de la population haïtienne a par ailleurs besoin d’une assistance alimentaire de toute urgence.

 

Dossier spécial “Haïti, 10 ans après le séisme” – A lire aussi :

> Haïti, 12 janvier 2010, 16h53 : quand tout a basculé.
> Haïti, octobre 2010 : l’épidémie de choléra se proprage
> Haïti, octobre 2016 : le nouveau choc de l’ouragan Matthew
> Haïti : zéro cas de choléra depuis 11 mois. 
> Notre action en Haïti.

 

Selon le classement INFORM 2018, qui tient compte de l’exposition au risque, de la situation des populations touchées et de la complexité des crises, Haïti se classe au 14ème rang mondial des pays les plus vulnérables, sur 193. Au total, près de 2,6 millions de Haïtiens ont été touchés par au moins une crise, que ce soit un séisme, un ouragan, la sécheresse, les déplacements de population, le choléra ou le paludisme.

Ces chocs successifs, combinés à la crise économique, politique et sociale, ont contribué à la détérioration des conditions de vie et des moyens de subsistance des populations les plus vulnérables. En raison des capacités limitées des institutions publiques à faire face à ces chocs, l’accès aux services de base d’approvisionnement en eau potable, hygiène et assainissement est cruellement insuffisant. La sécurité alimentaire s’est aussi considérablement détériorée. Les moyens d’existence sont faibles et continuent de se dégrader.

Depuis plusieurs mois, les familles les plus pauvres n’ont plus accès à la nourriture. Aujourd’hui, un tiers de la population haïtienne, soit plus de 3 millions et demi de personnes, a besoin d’une assistance alimentaire de toute urgence, et 2,6 millions de personnes sont menacées d’insécurité alimentaire aiguë. Selon les Nations-Unies, 19 000 enfants souffrent déjà de malnutrition.

Par ailleurs, près de 912 000 personnes vivent encore dans des camps ou des logements de fortunes. Le manque d’infrastructures expose ces personnes à de graves risques en cas de nouvelles catastrophes naturelles ou d’épidémies.

C’est pourquoi les associations humanitaires sont toujours présentes sur place et doivent poursuivre leurs actions.

Aux côtés d’autres ONG, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a exprimé en novembre 2019 sa vive préoccupation face à l’ampleur de la crise alimentaire en cours en Haïti. Un appel a été lancé conjointement pour mobiliser et obtenir des moyens à la hauteur des besoins recensés afin de garantir, de manière urgente, l’accès à l’alimentation pour les populations les plus touchées ; et de prendre des actions immédiates pour la prévention et la prise en charge des personnes en situation de malnutrition aigüe, particulièrement les enfants.

Pour SOLIDARITÉS INTERNATIONAL et ses partenaires, les Haïtiens ne sortiront de la crise que si cette assistance immédiate est accompagnée de la reconstruction et du développement de leurs moyens d’existence, ainsi que du renforcement du système de surveillance et d’alerte précoce en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle afin de mieux anticiper les crises futures.

  • 11 millions d'habitants
  • 47,6% de taux de pauvreté
  • 169ème sur 189 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 372 704 personnes secourues