www.solidarites.org

Haïti, zéro cas de choléra depuis 11 mois

Publié le mercredi 8 janvier 2020

Ces dernières années, l’épidémie de choléra a connu une baisse considérable en Haïti. Pour éviter toute résurgence, une grande vigilance doit cependant être maintenue dans un pays où l’accès à l’eau et à l’assainissement reste insuffisant.

 

 

Dossier spécial “Haïti, 10 ans après le séisme” – A lire aussi :

> Haïti, 12 janvier 2010, 16h53 : quand tout a basculé.
> Haïti, octobre 2010 : l’épidémie de choléra se proprage
> Haïti, octobre 2016 : le nouveau choc de l’ouragan Matthew
> Haïti, les ONG doivent poursuivre leurs actions.
> Notre action en Haïti.

 

Au cours des 16 premières semaines de l’année 2019, 308 cas suspects de choléra et 3 décès ont été rapportés sur l’ensemble du territoire haïtien. Sur cette même période en 2018, 1 257 cas suspects avaient été recensés, et 12 décès enregistrés. Le nombre de cas suspects comme de décès au cours des 16 premières semaines de 2019 connaît donc une baisse de 75% par rapport à la même période de l’année en 2018.

Aucun nouveau cas n’a été enregistré depuis 11 mois.

Un résultat dû aux efforts de l’ensemble des acteurs engagés dans la lutte contre le choléra et à l’efficacité du système alerte-réponse mis en place par le Ministère de la Santé et de la Population en Haïti (MSPP) et ses partenaires.

En tant qu’acteur de la réponse, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL appelle cependant au maintien d’une grande vigilance. Les services étatiques ont toujours besoin de l’appui de partenaires extérieurs pour apporter une réponse adéquate. D’autant que l’accès à l’eau et à l’assainissement reste insuffisant : 57% des familles haïtiennes n’utilisent aucun moyen pour traiter l’eau, et un tiers de la population vivant en zone rurale consomme de l’eau provenant de sources non protégées. Les mauvaises pratiques d’hygiène sont également un facteur de risques de résurgence et de propagation rapide de l’épidémie.

SOLIDARITÉS INTERNATIONAL préconise donc de renforcer, d’une part, la veille communautaire et institutionnelle pour que les cas suspects soient signalés rapidement et de manière efficace, afin d’assurer une réponse immédiate et de mitiger les risques de flambée de l’épidémie. Et d’autre part, d’accentuer le volet préventif de la réponse afin de pérenniser l’absence de transmission de l’épidémie jusqu’à son élimination totale.

L’objectif du Plan national d’Élimination du Choléra (PNEC), d’éliminer la maladie en 2022, ne sera rempli que si les autorités nationales et les acteurs de la réponse continuent d’agir ensemble, et peuvent toujours compter sur leurs partenaires techniques et financiers.

  • 11 millions d'habitants
  • 47,6% de taux de pauvreté
  • 169ème sur 189 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 372 704 personnes secourues