www.solidarites.org

Haïti

Pour en finir avec le choléra
26% des personnes seulement ont accès à des infrastructures d'eau
1,5 millions de personnes vivent dans des abris de fortune
37 500 personnes vivent encore dans des camps après le séisme de 2010
372 704 personnes secourues

Contexte

Depuis le séisme de 2010, la situation sanitaire, notamment dans la zone de Port-au-Prince, s’est considérablement dégradée : que ce soit dans les zones touchées ou les zones ayant accueilli les personnes déplacées.

Selon le classement INFORM 2018, qui tient compte de facteurs tels que l’exposition au risque, la situation des populations touchées et la complexité de la crise, Haïti se classe au 14ème rang mondial des pays les plus vulnérables (sur 193).

Le 3 octobre 2016, l’ouragan Matthew a dévasté toute la péninsule sud d’Haïti, touchant 2,1 millions de personnes, dont 1,24 million dans les départements de Grand’Anse et du Sud. En 2017, les ouragans Irma et Maria, tous deux de catégorie 5, ont également touché Haïti. En octobre 2018, un nouveau séisme a frappé les départements du Nord, du Nord-Ouest et de l’Artibonite. L’impact d’une magnitude de 5,9, bien que limité, a causé des dommages aux infrastructures déjà fragiles et mal entretenues, touchant 157 000 personnes.

Au total, près de 2,6 millions de personnes ont été touchées par au moins une crise, que ce soit un ouragan, un tremblement de terre, la sécheresse, les déplacements de population, le choléra ou le paludisme. Ces chocs successifs, combinés à la crise économique, politique et sociale, ont contribué à la détérioration des conditions de vie et des moyens de subsistance des populations les plus vulnérables.

En raison des catastrophes répétées et des capacités limitées des institutions publiques, l’accès aux services de base d’approvisionnement en eau potable, hygiène et assainissement est cruellement insuffisant. La sécurité alimentaire s’est considérablement détériorée. Les moyens d’existence sont faibles et continuent de se dégrader à cause de la destruction des récoltes et de l’érosion des sols. En 2019, 2,6 millions de personnes sont toujours menacées d’insécurité alimentaire aiguë, dont 571 000 personnes en phase 4 (IPC 4*) et 2 millions en phase de crise (IPC 3*).  Dans certaines régions, les ressources sont trop faibles pour satisfaire les besoins de base de la population. De plus, certains villages et villes n’ont encore aucun accès à l’eau.

Près de 912 000 personnes ont encore besoin d’abris et d’articles non alimentaires. Le manque d’infrastructures expose les personnes vivant dans des camps ou des logements de fortune à de graves risques en cas de nouvelles catastrophes naturelles ou d’épidémies comme le choléra.

 

*Le Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC) est un ensemble d’outils d’analyse et de processus permettant d’analyser et de classifier la sévérité de l’insécurité alimentaire suivant des normes scientifiques internationales.

  • 11 millions d'habitants
  • 47,6% de taux de pauvreté
  • 169ème sur 189 pays pour l'Indice de Développement Humain

Notre action

  • Année d'ouverture
    de la mission 2004
  • Équipe 7 internationaux
    116 nationaux
  • Budget 2,33 M€

Depuis 2010, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL s’implique dans la prévention et la réponse à l’épidémie de choléra qui a fortement touché Haïti. Actuellement, l’épidémie est en phase d’élimination, ce qui montre que les efforts déployés dans le cadre du système d’alerte et de réaction ont porté leurs fruits. Face aux risques de résurgence liés au passage des frontières, aux conditions sanitaires précaires et aux pratiques d’hygiène, nos équipes continuent à adapter et à mettre en œuvre des projets de prévention du choléra tout en incluant des réponses appropriées aux phénomènes épidémiologiques anormaux.

Pour prévenir la résurgence du choléra, des infrastructures d’approvisionnement en eau et d’assainissement ont été construites chez les ménages mais aussi dans le secteur public, notamment dans les écoles. Un mécanisme d’intervention rapide a également été mis en place en cas d’urgence. En amont, des distributions de kits, de la chloration dans les foyers et des constructions d’infrastructures sanitaires d’urgence ont été mises en œuvre. La lutte contre le choléra s’accompagne également de campagnes de sensibilisation à l’hygiène et de la création de comités de gestion des infrastructures.

SOLIDARITÉS INTERNATIONAL travaille de manière continue sur la gestion des risques de catastrophe et la préparation aux situations d’urgence auprès d’un large public en s’engageant dans l’amélioration structurelle des abris, le renforcement des capacités de préparation et de résistance des populations aux chocs quels qu’ils soient. Afin de faciliter le retour à des conditions de vie dignes et pour pallier à l’insuffisance des structures étatiques, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL contribue à renforcer la capacité de résilience des populations tout en renforçant la gouvernance et les institutions dans le secteur de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement.

Dans le domaine de la sécurité alimentaire, nos équipes développent une approche complémentaire, visant à couvrir les besoins les plus urgents des populations vulnérables tout en renforçant leurs capacités de résilience. En Grand’Anse notamment, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a organisé des foires alimentaires et nutritionnelles et mené des actions en faveur de la relance de l’agriculture et de l’élevage.

 

 

Partenaires

Union européenne (ECHO, EuropeAid), UNICEF, UNOCHA, OFDA, Fondation EDF, SIAAP, Artois Com, AEAP, AELB, Grand Lyon, Bourges+ et autres agences de l’eau.

Notre impact

cholera

Lutte contre le choléra

347 904 personnes bénéficiaires

– Distribution de kits choléra et kits urgence
– Désinfection en urgence de foyers infectés et renforcement des systèmes de drainage dans les sites les plus vulnérables
– Installations de points de chloration
– Réhabilitation de points d’eau, de douches et de latrines
– Formation de marchands, d’agents et de leaders communautaires sur les bonnes pratiques d’hygiène et l’entretien des infrastructures
– Sessions de sensibilisation (marchés, écoles, porte à porte, radio, rassemblements…)

Sécurité alimentaire

17 352 personnes bénéficiaires

– Organisation de foires agricoles
– Cash for work pour la préparation des terres agricoles
– Distribution de petit bétail et kits de pêche
– Distribution de coupons alimentaires et de kits de semences
– Séances de sensibilisation de masse à l’hygiène alimentaire et aux bonnes habitudes nutritionnelleHaut du formulaires.

Accès à l'eau potable

7 448 personnes bénéficiaires

– Ravitaillement en eau par tracteur dans 5 localités affectées par des pénuries d’eau
– Aménagement de sources
– Réhabilitation de réseaux et de kiosques à eau
– Renforcement des capacités des comités de gestion d’eau et des kiosquiers
– Formation de 20 membres de comités
– Campagne d’assainissement
– Promotion du traitement de l’eau à domicile notamment via une approche de marketing social
– Etude de la filière eau traitée du quartier de Martissant, à Port-au-Prince

abris

Amélioration des structures en zones urbaines

20 600 personnes bénéficiaires

– Travaux sur les premiers mètres linéaires d’un ravin (caniveau)
– Construction de réseaux d’assainissement privés
– Soutien individuel et formation de groupe à 25 nouvelles entreprises sélectionnées
– Maisons rénovées, nouvelles constructions en maçonnerie et nouvelles constructions à ossature en bois

Pour toute information vous pouvez contacter Justine Muzik Piquemal.

Justine Muzik Piquemal

Dans le monde

Postes à pourvoir

8
Au siège
90
Sur le terrain
7
En stages