www.solidarites.org

Soudan du Sud

Une reconstruction fragile
2/3 de la population a besoin d'une aide humanitaire, soit 7,5 millions de personnes
4 millions de personnes déplacées par le conflit
6,4 millions de personnes en situation d'insécurité alimentaire
207 522 personnes secourues

Contexte

L'instabilité politique qui règne au Sud-Soudan depuis 2013 fait peser sur le pays toute une série de crises prolongées.

Malgré la stabilisation du contexte politique avec la formation d’un gouvernement unifié le 22 février 2020, la violence intercommunautaire reste importante dans plusieurs zones du pays. En outre, les besoins humanitaires restent extrêmement élevés et préoccupants. Parmi les 11,2 millions de Sud-Soudanais vivant dans le pays, 7,5 millions ont besoin d’une assistance ou d’une protection humanitaire. De plus, les déplacements massifs ont exacerbé des besoins humanitaires qui étaient déjà élevés. À l’heure actuelle, 1,7 million de personnes sont déplacées au sein même du pays et 2,2 millions de personnes ont trouvé refuge dans les pays voisins. La nature prolongée du conflit a conduit à une accumulation de besoins qui s’aggravent mutuellement, notamment en termes d’eau, d’assainissement et d’hygiène (EAH) ainsi qu’en sécurité alimentaire et moyens d’existence (SAME).

Dans l’Etat du Haut-Nil, près de la frontière avec le Soudan, la guerre civile a provoqué le déplacement de nombreuses personnes des grandes villes vers des camps, mais aussi des communautés d’accueil comme Aburoc. Dans ce marécage qui s’assèche en saison sèche, l’accès à l’eau et aux services d’assainissement est un défi quotidien. L’insécurité alimentaire et nutritionnelle a contribué à l’augmentation des taux de mortalité dus au niveau limité des services EAH et de l’exposition à des risques élevés de maladies d’origine hydrique. Malgré les besoins humanitaires urgents, l’aide humanitaire fournie dans la région est très limitée. En outre, suite à l’accord de paix signé en février 2020, davantage de mouvements de retours de réfugiés sont attendus depuis les pays voisins, en particulier du Soudan, vers leur village d’origine, risquant d’accroître considérablement la pression sur les installations existantes et les services déjà limités.

Dans l’Etat du Bahr el Ghazal occidental, des campements sont regroupés dans les villes, le long des routes et dans les terres reculées. Depuis 2016, le conflit armé entre l’opposition et les forces gouvernementales a entraîné des déplacements massifs de population dans les camps de personnes déplacées de Wau et dans les comtés du Raja. L’accord de paix récemment signé donne une certaine confiance à la population : la plupart de ceux qui ont fui vers les zones rurales retournent maintenant lentement vers les centres urbains, bien que la peur de la violence empêche encore beaucoup de gens de revenir. De plus, l’Etat accueille un nombre croissant de rapatriés à l’approche de la saison des plantations de 2020. La crise prolongée sud-soudanaise, associée à des déplacements massifs, a aggravé une situation déjà complexe, augmentant les pressions sur les infrastructures et services limités existants et créant des besoins importants et multisectoriels, en particulier pour les plus vulnérables.

Dans l’Etat de Jonglei, le principal moteur de la crise est la variabilité croissante des précipitations pendant les saisons des pluies. L’année dernière, le comté de Nyirol a été sévèrement touché par des inondations qui ont duré plusieurs mois, l’eau n’a complètement disparu qu’en février 2020. Cela a affecté la vulnérabilité à long terme de la population, car les stocks de nourriture, les maisons, les récoltes et les infrastructures de base ont été détruits et les stratégies d’adaptation ont été épuisées. La population est fortement dépendante de la distribution générale de nourriture, avec une faible résistance aux chocs. Les niveaux de production agricole sont généralement faibles et encore plus réduits par les inondations. Cette année, les inondations ont de nouveau affecté la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance, les abris et l’accès aux services de base d’une population très vulnérable qui tente déjà de se remettre de l’urgence de l’année dernière.

La région de Juba, la capitale située dans l’Etat de Central Equatoria, auparavant sujette à des épidémies de choléra et à la menace d’une propagation du virus Ebola à partir de la RDC voisine, est particulièrement exposée à la maladie de COVID-19 dans la mesure où elle est le principal centre de l’épidémie en plus d’être la ville la plus congestionnée du pays. En outre, l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène est également compromis car ce contexte peut ralentir les activités et restreindre les déplacements à l’intérieur de Juba. En effet, la plupart des habitants de Juba dépendent des camions citernes et les points d’eau fonctionnels ne permettent pas à la population d’être autosuffisants en eau potable. En outre, de nombreuses parties de Juba sont à faible revenu et à forte densité, comme Munuki Payam. Les besoins sont particulièrement élevés et une aide humanitaire immédiate est nécessaire afin d’améliorer les comportements et les pratiques pour prévenir la propagation de la maladie dans ces zones surpeuplées.

  • 11,2 millions d'habitants
  • 82% de taux de pauvreté
  • 186ème sur 189 pays pour l'Indice de Développement Humain

Notre action

  • Année d'ouverture
    de la mission 2006
  • Équipe 12 internationaux
    39 nationaux
  • Budget 2M$

SOLIDARITÉS INTERNATIONAL améliore la préparation et la réponse aux besoins multisectoriels aigus en fournissant des réponses immédiates, intégrées et de première ligne aux crises frappant les populations les plus vulnérables, tout en rétablissant l’accès aux services de base par le biais de programmes multisectoriels et intégrés afin d’accroître la résilience via des projets à moyen terme.

Dans le Haut-Nil, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL apporte une réponse essentielle en eau, assainissement et hygiène (EAH) ainsi qu’en sécurité alimentaire et moyens d’existence (SAME) aux besoins les plus aigus des populations du comté de Fashoda affectées par les conflits. L’association recherche également une solution durable pour l’approvisionnement en eau des populations de la région.

Dans le Bahr el-Ghazal occidental, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL fournit des services intégrés de santé, de nutrition, d’eau et d’assainissement d’urgence ainsi qu’une réponse intégrée d’urgence en matière de sécurité alimentaire pour améliorer l’état nutritionnel des communautés d’accueil, des personnes déplacées et des rapatriés dans le comté de Raja, en consortium avec un partenaire du secteur de la santé.

Dans l’Etat de Jonglei, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL mène des évaluations multisectorielles et intervient dans la préparation aux situations d’urgence, l’approvisionnement en eau, les installations sanitaires d’urgence, la promotion à l’hygiène en l’absence d’autres acteurs, en plus d’une réponse en eau, assainissement et hygiène à l’épidémie de COVID-19.

Dans la région de Juba, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL contribue à la réduction des maladies hydriques et à potentiel épidémiques, en particulier le choléra, la maladie Ebola et la COVID-19 via l’approvisionnement en eau, les installations sanitaires d’urgence, la promotion à l’hygiène pour les communautés vulnérables. La mission soutient également des centres de santé de la zone en leur fournissant de l’équipement, des formations aux personnels de santé et des infrastructures sanitaires.

Partenaires

CIAA, Le Centre de Crise et de SoutienOFDASSHF, Pays Voironnais, Fondation AGIR, la Fondation ELMA RELIEF, Fondation BIC, Fondation Tolkien

Notre impact

eau hygiène et assainissement

Eau, assainissement et hygiène

185 922 personnes bénéficiaires

– Traitement de l’eau
– Distribution d’articles d’eau, d’assainissement et d’hygiène
– Distribution d’articles ménagers essentiels
– Excavation et réhabilitation de forages
– Réhabilitation de points d’eau
– Installation d’unités de traitement d’eau de surface
– Chloration de l’eau, prévention et réponse au choléra et à la Covid-19
– Construction et réhabilitation de latrines institutionnelles, communales et individuelles
– Campagnes de masse de sensibilisation à l’hygiène et au porte-à-porte
– Soutien à un système communautaire de prévention et de contrôle
– Prévention et contrôle des infections dans plusieurs centres de santé
– Distribution d’équipement de protection individuelle pour les personnels de santé

sécurité alimentaire

Sécurité alimentaire et moyens d'existence

21 600 personnes bénéficiaires

– Distribution de semences d’urgence et annuelles
– Distribution d’outils aratoires et de pêche
– Formation en agriculture et pêche
– Formation au périmètre brachial (MUAC) pour détecter la malnutrition
– Distribution de cash

Réponse urgence mouvements populations

Réponse d'urgence aux mouvements de population

94 737 personnes bénéficiaires

– Fourniture d’eau potable d’urgence
– Distribution d’articles d’urgence eau, assainissement et hygiène
– Distribution d’articles ménagers essentiels
– Réhabilitation de points d’eau
– Campagnes de sensibilisation à l’hygiène au porte-à-porte et dans les lieux publics
– Chloration de l’eau, prévention et réponse au choléra et à la Covid-19

Pour toute information vous pouvez contacter Justine Muzik Piquemal.

Justine Muzik Piquemal

Vos dons en action

40 soit 10€ après déduction fiscale

Vous offrez un kit d'hygiène à 2 familles

Je donne

80 soit 20€ après déduction fiscale

Vous offrez 1 mois d’eau potable à 5 familles

Je donne

160 soit 40€ après déduction fiscale

Vous offrez 2 mois d’eau potable à 5 familles

Je donne
93%de nos ressources
affectées aux populations

Un chiffre qui relève d'un choix stratégique, correspondant à notre idée de l'engagement humanitaire.

Dans le monde

Postes à pourvoir

19
Au siège
73
Sur le terrain
9
En stages