www.solidarites.org

Soudan du Sud

Pris au piège
42% de la population a besoin d'une aide humanitaire, soit 7,2 millions de personnes
3,2 millions de personnes déplacées par le conflit
30 000 personnes réfugiées dans le camp des Nations Unies à Malakal
226 000 personnes secourues

Contexte

Les effets cumulés d'années de conflit, de violence et de destruction des moyens de subsistance ont laissé plus de 7 millions de personnes dans le besoin d'aide humanitaire et de protection en 2019. Toutefois, l'Accord de paix récemment signé sur le règlement du conflit au Sud-Soudan a permis un calme relatif en 2019 et offre de nouvelles opportunités aux femmes, aux hommes et aux enfants de ce pays.

Les mouvements de retour (ex-réfugiés et ex-IDP) qui ont commencé en 2019 se poursuivront en raison de la stabilité du pays qui reste toutefois fragile.

Au Sud-Soudan, les mouvements de population restent fluides et les déplacements généralisés. En effet, 2,2 millions de Sud-Soudanais sont accueillis dans les pays voisins et 1,5 million sont des déplacés internes. Ce pays accueille également plus de 300 000 réfugiés et demandeurs d’asile, pour la plupart originaires du Soudan. Malheureusement, ces personnes déplacées et ces réfugiés dépendent fortement de l’aide humanitaire et l’on dénombre 6,35 millions soit 54% de la population totale qui sont confrontées à une grave insécurité alimentaire et la dénutrition touche 1 301 000 enfants de moins de cinq ans. En outre, les risques sanitaires se sont accrus et l’État a des difficultés à fournir des services et des infrastructures de santé de base. Le Sud-Soudan est incapable de faire face aux infections respiratoires, à la diarrhée et au choléra, avec un risque élevé de transmission du virus Ebola depuis la République démocratique du Congo voisine.

Bahr El Ghazal occidental a toujours été affecté par les conflits, ce qui nuit à sa capacité de résilience. Depuis le déclenchement de la guerre civile en 2013, de nombreuses régions n’ont pas été en mesure d’assurer l’accès aux services de santé et d’hygiène de base, ainsi qu’aux stocks alimentaires, ce qui a entraîné une malnutrition chronique.

La région de Juba, la capitale, est sujette à des épidémies de choléra, qui peuvent remonter le Nil jusqu’au nord du pays. La destruction des infrastructures pendant la guerre civile a rendu la lutte contre le choléra extrêmement difficile. Par ailleurs, la menace d’une propagation du virus Ebola à partir de la République démocratique du Congo voisine provoquerait une catastrophe humanitaire.

Dans le nord de l’État du Haut-Nil, près de la frontière avec le Soudan, la guerre civile a provoqué le déplacement de nombreuses personnes des grandes villes vers des camps, mais aussi des communautés d’accueil comme Aburoc. Dans ce marécage qui s’assèche en saison sèche, l’accès à l’eau et aux services d’assainissement est un défi quotidien.

  • 12,5 millions d'habitants
  • 91,9% de taux de pauvreté
  • 186ème sur 189 pays pour l'Indice de Développement Humain

Notre action

  • Année d'ouverture
    de la mission 2006
  • Équipe 11 internationaux
    45 nationaux
  • Budget 2,8 M€

SOLIDARITÉS INTERNATIONAL  s’est concentré sur les besoins les plus urgents des populations touchées par les conflits, les épidémies (y compris le Choléra et l’Ebola) et les catastrophes naturelles (telles que les fortes pluies et les sécheresses saisonnières) grâce au mécanisme de réponse rapide. Cette approche reste pertinente et centrale dans ses réponses au Sud-Soudan en raison de l’évolution de la crise qui reste imprévisible et les épidémies qui touchent la majorité de la population demeurent un risque majeur. De ce fait, les équipes réagissent aux épidémies d’Ebola principalement dans l’État d’Équatoria central, dans la région de Juba, en raison de la proximité des frontières avec la République démocratique du Congo. Les maladies d’origine hydrique telles que le choléra se prolifère dans toutes les zones situées le long du Nil, de sorte que les équipes fournissent également de l’eau, des services d’assainissement et d’hygiène et des fournitures dans l’État du Haut-Nil, où quelque 250 000 personnes ont besoin d’aide.

La mission s’est également concentrée sur la contribution à la prévention/réduction de la prévalence des épidémies, des maladies d’origine hydrique et de la malnutrition à travers une approche Wash intégrant la santé et WaSH intégrant une dimension nutritionnelle en milieu rural et urbain dans le Bahr El Ghazal occidental.

Pour aider à lutter contre l’insécurité alimentaire chronique et la malnutrition dans le Bahr El Ghazal occidental, les équipes de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL contribuent aux efforts visant à réduire l’insécurité alimentaire aiguë et les morbidités liées à l’hygiène des communautés touchées par le conflit.

Dans le nord de l’État du Haut-Nil, un programme d’urgence à Aburoc vise à transférer de l’eau du Nil,  a une vingtaine de kilomètres de là, vers les 13 000 personnes déplacées et aux populations hôtes touchées par le manque d’accès à l’eau.

Notre impact

eau hygiène et assainissement

Eau, hygiène et assainissement

168 428 personnes bénéficiaires

– Distribution d’eau par camion
– Traitement de l’eau
– Distribution d’article d’eau, d’hygiène et d’assainissement
– Réhabilitation de forages
– Réhabilitation de points d’eau
– Installation d’unités de traitement d’eau de surface.
– Chloration de l’eau, prévention et réponse au choléra
– Construction de latrines
– Campagnes de sensibilisation à l’hygiène
– Soutien à un système communautaire de prévention et de contrôle
– Prévention et contrôle des infections dans un établissement de santé

sécurité alimentaire

Sécurité alimentaire et moyens d'existence

21 194 personnes bénéficiaires

– Distributions alimentaires
– Prise en charge de cas de malnutrition aiguë
– Formation au périmètre brachial (MUAC) pour détecter la malnutrition
– Formation agricole fournie

Réponse urgence mouvements populations

Réponse d'urgence aux mouvements de population

256 215 personnes bénéficiaires

– Fourniture d’eau potable d’urgence
– Kits d’hygiène distribués
– Construction de latrines d’urgence
– Entretiens des latrines existantes

Pour toute information vous pouvez contacter Justine Muzik Piquemal.

Justine Muzik Piquemal

Vos dons en action

40 soit 10€ après déduction fiscale

Vous offrez un kit d'hygiène à 2 familles

Je donne

80 soit 20€ après déduction fiscale

Vous offrez 1 mois d’eau potable à 5 familles

Je donne

160 soit 40€ après déduction fiscale

Vous offrez 2 mois d’eau potable à 5 familles

Je donne
91.4%de nos ressources
affectées aux populations

Un chiffre qui relève d'un choix stratégique, correspondant à notre idée de l'engagement humanitaire.

Postes à pourvoir

14
Au siège
75
Sur le terrain
8
En stages