La Réduction des Risques de Catastrophes (RRC)

Le nombre de personnes affectées par les catastrophes naturelles, soudaines (inondation, tremblements de terre) ou à évolution lente (sécheresse), a dépassé les 250 millions pendant la dernière décennie et 95% de ces personnes vivent dans des pays en développement. Ces catastrophes marginalisent les plus vulnérables, menacent les revenus de leurs activités régulières et peuvent également causer ou attiser des conflits. Dans ce contexte, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL intègre l’approche Réduction des Risques de Catastrophes (RRC) dans ses secteurs d’interventions. En fonction de l’analyse des besoins et des capacités locales, elle contribue ainsi à la préparation, l’atténuation et à la prévention des catastrophes.

La Réduction des Risques de Catastrophes (RRC) à SOLIDARITÉS INTERNATIONAL. 

Un certain nombre de pays dans lesquels nous intervenons sont de plus en plus en proie aux effets des changements climatiques. Non seulement ils sont plus régulièrement touchés par des catastrophes ou aléas naturels de plus en plus intenses, il s’agit par ailleurs de pays rarement préparés à faire face à la fréquence et l’intensité croissantes de ces types de risques. Les populations vulnérables, celles que nous avons à cœur de soutenir, sont généralement les plus exposées et menacées par ces risques.

La résilience de beaucoup de ces populations est de surcroît fragilisée par des contextes locaux, régionaux et mondiaux complexes (dégradation de l’environnement, croissance démographique, marginalisation économique, conflits et autres menaces d’origine humaine, urbanisation non planifiée, fragilité des marchés, mauvaise gouvernance…). De nombreuses familles se retrouvent ainsi dans une spirale de pauvreté, n’ayant plus les capitaux nécessaires pour rebondir suite à un aléa ou catastrophe. Elles doivent alors recourir à des stratégies d’adaptation négatives (vente de capitaux de production, surexploitation des ressources naturelles, réduction de l’apport alimentaire, etc.) qui entravent leurs capacités de résilience et affectent leur sécurité alimentaire.

Pour réduire les conséquences des catastrophes naturelles (ou épidémies) pesant sur les personnes les plus vulnérables, et pour renforcer les capacités des communautés à faire face à ces risques, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL intègre dans certains de ces projets la Réduction des risques liés aux catastrophes naturelles (RRC). Cette approche est réactive, mais surtout préventive avec pour objectif principal de réduire la possibilité qu’un aléa naturel se traduise par une catastrophe.

étape 1 de la Réduction des Risques de Catastrophes (RRC)

Après une catastrophe, reconstruire de manière plus durable.

Lorsqu’un cyclone ou un tremblement de terre détruisent les infrastructures, il faut dès la phase d’urgence intégrer une approche de reconstruction durable. Les infrastructures doivent être réhabilitées en prenant en compte l’analyse des risques à venir et en utilisant des matériaux et des techniques permettant de diminuer les impacts de futures catastrophes.

Bangladesh : relier les communautés grâce à un processus institutionnalisé de gestion des risques et désastres


Le Bangladesh est l’un des pays les plus exposés aux catastrophes naturelles (cyclones, inondations, sécheresse, salinité…) et changement climatique au monde. Environ 10 million de personnes sont affectées chaque année. Pour faire face à ces aléas à répétition, le gouvernement bangladeshi a beaucoup poussé pour le développement de politiques nationales traitant de la Réduction des Risques de Catastrophes (RRC). Des autorités sont en charge de cet aspect à chaque niveau de gouvernance, depuis le Ministère de la gestion des catastrophes et des secours (Ministry of Disaster Management and Relief) au comité de gestion des catastrophes au niveau des quartiers (ward). SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a travaillé pour relier le niveau administratif du niveau des Unions (équivalent des communautés de communes) à celui des quartiers, en créant ou en renforçant les Ward Disaster Management Committees. Des bénévoles issus des communautés ont participé à l’analyse des risques et à la conception des plan d’action des Unions.

étape 2 de LA Réduction des Risques de Catastrophes (RRC)

S’appuyer sur les capacités d’analyse et d’action des communautés.

Comprendre et analyser les causes et les conséquences d’une catastrophe est vital pour les populations vulnérables. Au travers d’activités de formation, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL renforce les connaissances et capacités locales et soutient les communautés dans le développement de plans d’action à mettre en oeuvre avant, pendant et après la catastrophe.

Kenya : un plan d’action communautaire face à la sécheresse


Les périodes de sécheresse à North Horr, au Kenya, sont de plus en plus fréquentes et ont des conséquences désastreuses sur les éleveurs de la région. Ces derniers ont de plus en plus de mal à trouver des pâturages et des points d’eau pour leurs animaux, qui constituent leur principale source de revenus et de protéines (lait) pour les enfants. Cette situation est également source de conflits entre les différentes tribus d’éleveurs. SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a donc aidé de groupements d’éleveurs à analyser leur situation et formuler des plans d’action pour réduire les risques. Les éleveurs ont ainsi construit des réservoirs d’eau de pluie, cultivé et stocké du fourrage pour la saison sèche ou encore participé à des formations pour améliorer leurs pratiques d’élevage.

étape 3 de la réduction des risques de catastrophes (RRC)

Renforcer la résilience des populations pour s’adapter sur le long terme.

La résilience correspond à la capacité des individus affectés par des catastrophes à rebondir et à revenir à des conditions de vie dignes. Les personnes les plus affectées se trouvent principalement en milieu rural et vivent d’activités agricoles et d’élevage, très dépendantes des facteurs climatiques. SOLIDARITES INTERNATIONAL travaille en collaboration avec ces communautés et leurs gouvernements pour trouver les solutions les mieux adaptées. Ensemble, ils réfléchissent et mettent en place des solutions pour s’adapter sur le long terme à un environnement de plus en plus difficile.

Tchad : mise en place de Comités Villageois de Développement


Le Tchad est affecté depuis plusieurs années par divers facteurs environnementaux affectant la sécurité alimentaire de sa population. SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a travaillé avec les communautés autour du Lac Fitri pour élaborer des plans de réduction des risques de catastrophe propres à chacune. Ces plans leur permettent de mieux connaître les aléas et leurs causes ainsi que leurs impacts sur les secteurs de production et sur les biens. Dans le cadre des plans, des actions à entreprendre ont été identifiées et priorisées selon leur pertinence, durabilité et faisabilité : construction de digues, de banques céréalières, de parc de vaccination, réhabilitation de puits pastoraux, mise en place de brigades phyto sanitaires, restauration de terres et reboisement, etc. Les Comités Villageois de Développement, mis en place au niveau des villages, avaient pour responsabilité de s’assurer de la maîtrise d’ouvrage des différents projets, et d’appuyer les autres comités de gestion présents sur le territoire (Comités de point d’eau, Brigades…).

Au niveau institutionnel, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL s’appuie sur le cadre d’action Hyogo 2005–2015, puis Sendaï (2015-2030), dont l’objectif est de renforcer la résilience des nations et des communautés face aux catastrophes. Au sein d’un réseau d’ONG françaises en Réduction des Risques de Catastrophes (RRC), elle a également contribué à la formulation du nouveau cadre d’action 2015 – 2025 et participe au plaidoyer pour l’intégration de la RRC dans les programmes humanitaires.

nos publications sur le sujet 

réduction des risques de catastrophes RRC publication

Réduction des Risques de
Catastrophes (RRC) – Notre expertise

Resilient farming in Sathkira,
Bangladesh