www.solidarites.org

Afghanistan : la volonté sans faille des populations

Publié le mercredi 29 juin 2016

En Afghanistan de nombreuses personnes sont encore déplacées à cause des conflits qui sévissent toujours dans certaines régions. SOLIDARITÉS INTERNATIONAL intervient principalement sur trois provinces : le Wardak, auprès des déplacés, Khost sur l’eau et l’hygiène en faveur des réfugiés pakistanais, et Bamyan, où les activités mises en place sont plus durables. Après 10 mois en tant que coordinateur de programmes, Yann Julou évoque la volonté qui anime encore les Afghans après tant d’années de conflit.

Afghanistan réfugiés enfant

Alors que SOLIDARITÉS INTERNATIONAL est engagée en Afghanistan depuis 35 ans, son intervention doit sans cesse se renouveler. Le pays n’est pas stable et le gouvernement afghan manque de moyens pour répondre à tous les besoins de sa population. Certaines zones, et donc des populations, sont encore très difficiles d’accès même pour les acteurs humanitaires bien implantés dans le pays. « Alors qu’aujourd’hui la crise afghane n’est plus une crise considérée comme majeure, les besoins des populations eux restent urgents. Comme très souvent dans ce type de ‘crises oubliées’, ces besoins sont chroniques mais d’une extrême gravité en même temps » décrypte Yann Julou. « SOLIDARITÉS INTERNATIONAL s’efforce de travailler sur le long terme, en traitant simultanément les problèmes urgents, notamment ceux liés à la malnutrition qui reste l’une des problématiques majeures du pays » ajoute-t-il.

Les nouveaux défis climatiques

Depuis quelques années, l’Afghanistan comme le reste du monde fait face aux changements climatiques. « SOLIDARITÉS INTERNATIONAL concentre une partie de son intervention dans la région de Bamyan sur la préparation et l’atténuation des effets des catastrophes naturelles. Cela nécessite un travail sur l’accès à l’eau et à la sécurité alimentaire, par exemple sur la gestion des ressources et une aide agricole. Le but est de donner aux populations les moyens de se relever des crises existantes tout en se donnant les moyens de faire face à de nouvelles crises » explique Yann Julou.

afghanistan eau réfugiés

S’adapter à la réalité des besoins

Il n’y a pas que le climat qui change en Afghanistan. Le contexte aussi évolue, ainsi que les besoins. Les acteurs humanitaires doivent prendre en compte ces évolutions et adapter leurs interventions, malgré une longue présence dans le pays. « S’adapter à la réalité des besoins est primordial, » insiste Yann Julou. « L’une des évolutions les plus frappantes concerne les déplacés qui affluaient en masse il y a quelques années et qui se sont aujourd’hui installés, voire sédentarisés. Ces personnes vivent aujourd’hui une période de transition, car leurs besoins ont changé et notre intervention doit s’y adapter » poursuit-il. Il est donc essentiel aujourd’hui pour SOLIDARITÉS INTERNATIONAL de travailler sur le renforcement des capacités du pays, mais aussi des populations.

afghanistan femme

La volonté de s’en sortir

« Ce qui m’a profondément marqué lors de cette mission en Afghanistan, c’est la volonté mais aussi la capacité des populations, qu’elles soient déplacées ou réfugiées, à s’adapter, à s’en sortir, à vivre tout simplement » témoigne Yann Julou.

afghanistan eau

« Je me souviens d’une matinée sur le camp de Khost. Nos techniciens essayaient depuis quelques minutes déjà d’installer un système de protection de la pompe de notre forage à l’aide d’une notice peu compréhensible. C’est alors qu’un réfugié du camp, se présentant comme plombier-électricien, trouva la solution : reproduire un mini forage à l’aide d’un seau, et le système électrique de protection avec une ampoule. Une solution simple et efficace, à laquelle nos esprits de techniciens aguerris n’avaient pourtant pas pensé » raconte-t-il. « Peu importe le contexte, ces populations s’adaptent, s’autonomisent et continuent à vivre. Il faut juste leur donner les moyens de le faire ».

Photos : © Sandra Calligaro / Solidarités International

Soutenez nos équipes sur le terrain

JE FAIS UN DON

  • 31,3 millions d'habitants
  • 35,8% de taux de pauvreté
  • 171ème sur 187 pays pour l'indice de pauvreté
  • 130 000 personnes secourues