www.solidarites.org

RDC : Réponse d’urgence auprès des populations déplacées dans la région du Kasaï

Publié le lundi 16 octobre 2017

Après avoir mené une étude pour évaluer l’étendue des besoins dans la région du Kasaï en RDC, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a décidé d’intervenir dans la province de Lomami et de soutenir l’aire de santé de Kapangu qui a été particulièrement touchée par les conflits.

De août 2016 à Mai 2017, les conflits entre le groupe armé de Kamuena Nsapu et le gouvernement central n’ont cessé de s’intensifier dans la région du Kasaï. L’aire de santé de Kapangu a été le théâtre d’intenses affrontements en avril dernier qui ont provoqué des dégâts tant humains que matériels. Après le rétablissement de l’ordre dans la région par les forces gouvernementales en juin dernier, les populations, qui avaient fui massivement le conflit, ont pu revenir progressivement dans la zone.

Un retour difficile

« Dans le Kasaï, l’une des régions les plus pauvres de RDC, la plupart de maisons sont en faites de paille, de branchages et de terre. Au cours des conflits qui ont frappé la région les maisons ont été incendiées, le bétail tué et les stocks de vivres pillés ou détruits. Les populations qui reviennent sur place ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence pour répondre aux besoins vitaux : boire, manger, s’abriter, » explique Xavier Lauth, Chef de Mission RDC chez SOLIDARITÉS INTERNATIONAL.

Les équipes de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL ont mis en place une réponse rapide aux déplacements de populations pour répondre à ces besoins grâce au soutien de nos partenaires ECHO, UNICEF et SDC. Elles distribuent aux ménages les plus vulnérables une somme en cash couvrant leurs besoins alimentaires pour un mois ainsi que des kits ménagers contenant des éléments de base pour leur réinstallation tels que des ustensiles de cuisine, des récipients pour l’eau ou du savon.


L’hygiène un défi permanent

Quand ils n’ont pas été détruits, les centres de santé deviennent difficiles d’accès pour les populations en déplacements alors même que le besoin en eau, hygiène et assainissement se fait criant. « Les maladies comme le paludisme et la diarrhée qui sont la conséquence directe d’un environnement malsain et d’un manque d’infrastructures hygiéniques menacent les familles de déplacés qui ont fui dans les zones marécageuses de la brousse, » affirme Xavier Lauth.

Le soutien au centre de Kapangu va notamment permettre à 1791 familles de la zone d’améliorer leur accès à la santé.

SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a constaté à travers son étude que 20% des ménages ont une latrine traditionnelle non hygiénique, tandis que 80% de la population pratique la défécation à l’aire libre. Un programme de construction de latrines dans les centres de santé, de sensibilisation des populations aux bonnes pratiques d’hygiène et de réhabilitation de points d’eau est en cours dans la zone de Kapangu. Le soutien au centre de Kapangu va notamment permettre à 1791 familles de la zone d’améliorer leur accès à la santé.

 

Photos : Thomas Gruel

JE FAIS UN DON

  • 70 millions d'habitants
  • 63,4% de taux de pauvreté
  • 178ème sur 187 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 955 330 personnes secourues