www.solidarites.org

RDC : mission accomplie au Kasaï

Publié le vendredi 4 octobre 2019

Frappée par une flambée inédite de violences en 2016, la région du Kasaï, dans le centre de la RDC, a souffert ces dernières années de graves pénuries alimentaires. Au moment où SOLIDARITÉS INTERNATIONAL termine sa mission, retour sur six mois d’intervention.

Elle est largement restée sous les radars des médias internationaux. Pourtant, la crise du Kasaï a entraîné le déplacement de plus d’un million d’habitants. Pendant des mois, deux tiers des familles ont été dans l’incapacité de cultiver leurs champs et d’en tirer un revenu. Une fois la situation sécuritaire stabilisée, ceux qui ont commencé à retourner chez eux ont été confrontés à de graves pénuries alimentaires. Selon l’UNICEF, ‘’400 000 enfants sévèrement malnutris risquaient de mourir dans la région’’ fin 2017.

 

RELANCE AGRICOLE

Pour répondre à l’urgence et briser le cercle vicieux de l’insécurité alimentaire, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a mené sur place des activités de relance agricole. Soutenues par la coopération canadienne (Global Affairs Canada), nos équipes ont distribué des semences (tomates, aubergines, choux ou encore piment), mais aussi de l’argent aux plus fragiles pour leur permettre d’acheter de la nourriture, et ainsi éviter qu’ils ne consomment les semences qu’on leur donnait.

Tout en formant les populations grâce à l’intervention d’agronomes, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a également accompagné la structuration de groupements maraîchers. ‘’Ils ont élu un président, un vice-président, un secrétaire, et ils recevaient des outils à mutualiser pour leur production et travailler ensemble sur certaines parcelles, explique Lucie Carlier de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL, qui revient de RDC. ’’ Pour pérenniser ce processus, un programme de stockage et de certification des semences auprès du gouvernement a même été développé, avec l’appui de la coopération suisse (Direction du développement et de la coopération).


ALLER PLUS LOIN

‘’On ne peut pas espérer renforcer la sécurité alimentaire des familles sans améliorer l’accès à l’eau et sa qualité, précise Lucie Carlier.’’ C’est pourquoi, en parallèle, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a continué à déployer des réponses d’urgence en eau, hygiène et assainissement, en réhabilitant par exemple plusieurs points d’eau ou en construisant des blocs de latrines, couplés avec des dispositifs de lavage des mains. Une action d’autant plus vitale qu’en juin 2018, une épidémie de choléra s’est déclarée. Nos équipes ont alors mené des opérations de prévention et de désinfection pour contrer la progression de la maladie. Et cela, en dépit de conditions d’accès très difficiles. ‘’Nous devions parfois faire cinq jours de voiture depuis notre base de Mbuji-Mayi sur les pires routes, en raison des pluies et de la boue. Un vrai challenge au quotidien que nous avons dû surmonter pour apporter de l’aide à celles et ceux qui en avait le plus besoin.’’

  • 70 millions d'habitants
  • 63,4% de taux de pauvreté
  • 178ème sur 187 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 955 330 personnes secourues