Bangladesh : Aider les agriculteurs à faire face aux catastrophes naturelles

Publié levendredi 17 octobre 2014

La Journée internationale de la prévention des catastrophes a lieu tous les ans le 13 octobre. Cette année, ce fut l’occasion de faire un focus sur nos activités au Bangladesh, qui visent à aider les agriculteurs à mieux s’adapter aux catastrophes naturelles, récurrentes dans le pays.

Dans le cadre d’un programme financé par DFID (UK Aid), les agriculteurs ont pu participer à des formations leur permettant d’acqubangladesh agricultureérir de meilleures techniques et de meilleures pratiques quant à l’utilisation des engrais. L’un d’entre eux témoigne : « SOLIDARITÉS INTERNATIONAL nous a expliqué comment planter le riz en ligne plutôt qu’en désordre et à quelle période. Avec ces nouvelles pratiques, on augmente la productivité, notamment au mètre carré et en utilisant moins d’engrais. Résultats : je consommerai 2000 takas (20 euros) en moins pour l’engrais et je produirai 2 sacs de riz en plus autant de gains supplémentaires avec des coûts réduits. »

Un nouveau moyen d’obtenir des revenus, même en saison creuse

bangladesh agricultureEn prevision des futurs risques liés à la salinité ou aux inondations, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a également travaillé en relation avec les départements agricoles locaux pour accompagner le développement de cultures résistantes comme le mele (roseau local). Grâce, cette fois-ci, aux financements de la Commission Européenne (DIPECHO) ce travail de longue haleine visait à renforcer les capacités des départements agricoles dans leur rôle de soutien et d’accompagnement des projets communautaires ayant pour but de reduire les chocs économiques face au changement climatique.

« Une partie de nos terrains sont dorénavant consacrés au mele, expliquent les agriculteurs bénéficiaires de ce soutien, une plante non comestible mais ultra résistante et qui permet de nourrir les animaux mais également de tresser des nattes et de les vendre. Une activité que l’on peut faire pendant la saison creuse quand il n y a pas de travail agricole. C’est également et surtout un nouveau moyen d’obtenir des revenus. »

  • 156,6 millions d'habitants
  • 31,5% de taux de pauvreté
  • 142ème sur 187 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 491 818 personnes secourues

S'informer c'est déjà aider plus loin

Les champs marqués d’un astérisque * sont obligatoires.