Jeanne, 14 ans : « Travailler dans l’humanitaire, plus qu’une envie, un besoin »

Publié levendredi 4 décembre 2015

TEMOIGNAGE – Jeanne est en 3e au collège Le Hamelet à Louviers en Normandie. Attirée par l’humanitaire, elle a passé une semaine d’observation au siège de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL et en ressort renforcée dans son désir de poursuivre dans cette voie.

Qu’est-ce qui pousse une adolescente de 14 ans à s’intéresser à l’humanitaire ?

Ce qui m’attire dans l’humanitaire, c’est tout d’abord aider les autres, aider les personnes qui en ont besoin. Ce domaine m’intéresse car je veux « servir » à quelque chose, et je ne supporte pas l’idée qu’il y ait des personnes dans le monde qui souffrent et que je ne fasse rien pour les aider.

Après avoir passé une semaine chez SOLIDARITÉS INTERNATIONAL, es-tu toujours attirée par l’humanitaire ?

Avant de venir ici, j’avais envie de travailler dans ce domaine. Désormais, ce n’est plus une envie mais un vrai BESOIN. Cette semaine passée ici m’a conforté dans mon choix : j’ai appris des choses que j’ignorais qui m’ont fait prendre conscience de la gravité de la situation que vivent les millions de réfugiés et déplacés à travers le monde.

Pourquoi, à ton avis, le travail de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL est important ?

Le travail de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL est important car sans celui-ci ou celui des autres ONG, beaucoup plus de personnes perdraient la vie, seraient malades etc… L’accès à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement apporté par les équipes de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL permet à des millions de personnes de rester dignes.

Jeanne Grand

Qu’as-tu appris au cours de cette semaine ?

J’ai appris pas mal de choses sur l’importance de la communication. C’est un domaine qui permet de faire connaitre l’association au grand public et donc de provoquer des dons sans lesquels SOLIDARITÉS INTERNATIONAL ne pourrait agir aussi efficacement. J’ai aussi beaucoup appris sur  l’association et son organisation entre tous les services qui permet aux missions sur le terrain d’être opérationnelles.

Et parmi les métiers que tu as découverts, lequel t’attire le plus après cette semaine ?

Il y a deux secteurs qui m’ont plus attiré : la communication et le travail sur le terrain.
La communication car j’ai été surprise de voir que ça « touchait » autant au terrain. Les courriers donateurs ou la réalisation des journaux nécessitent de s’intéresser à ce qui se passe sur les missions et de bien connaitre la situation dans les pays dans lesquels SOLIDARITÉS INTERNATIONAL intervient.
J’ai aussi très envie de découvrir les différents métiers de terrain parce que j’ai vraiment envie de voir comment ça se passe là-bas, de rencontrer les bénéficiaires, discuter avec eux et surtout améliorer leur quotidien.

Quelle est selon toi la qualité la plus importante pour faire de l’humanitaire ?

Je dirai la générosité; avoir envie d’aider ces gens.

Après une semaine au siège de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL, que dirais-tu à tes amis qui voudraient eux aussi se lancer dans l’humanitaire ?

Je leur dirais de foncer ! Il y a tellement de gens qui ont besoin d’aide que je trouve ça bien de faire un métier pour les soutenir. Je leur dirais aussi qu’il y a des métiers différents dans une même ONG donc qu’il y en a sûrement un qui leur plaira !

Soutenez nos équipes

JE FAIS UN DON 

S'informer c'est déjà aider plus loin

Les champs marqués d’un astérisque * sont obligatoires.