20 millions de personnes menacées par la famine, il est encore temps d’agir !

Publié le jeudi 23 février 2017

Paris, le 23 février 2017

Logo Solidarite 35ans 680

 

‘’Les Etats échouent à traiter les causes de ces drames humains et de ces injustices. Il leur reste le pouvoir d’en adresser les conséquences. Que chacun sache qu’il est encore temps de sauver des vies en se mobilisant immédiatement, déclare Jean-Yves Troy, directeur général de l’ONG Solidarités International. »

L’association humanitaire SOLIDARITÉS INTERNATIONAL en appelle à la mobilisation de tous : donateurs et bailleurs internationaux, pour enrayer d’urgence cette spirale.

L’état de famine vient d’être déclaré au Soudan du Sud. Près de 5 millions de personnes ont besoin d’aide alimentaire. 100 000 personnes sont directement en danger de mort.
Frappées elles aussi par plusieurs années de conflits et de sécheresse, plus de 20 millions de personnes sont sous le coup de cette même menace au Nigéria, en Somalie et au Yemen. Autant de pays en conflit et de crises oubliées où les réponses humanitaires restent aujourd’hui largement sous-financées par rapport aux besoins et aux souffrances des populations civiles.

Présentes au Soudan du Sud, au Nigéria, en Somalie et au Kenya, les équipes de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL interviennent au plus près des besoins des populations pour répondre aux urgences, mais aussi afin de les prévenir. Une aide qui vise notamment à leur donner accès à l’eau potable, action vitale pour les victimes des conflits et prioritaire pour traiter la malnutrition.

Nigéria : une catastrophe nutritionnelle

Au nord-est du Nigéria, Solidarités International équipe notamment les centres de traitement de la malnutrition pour lutter contre l’urgence alimentaire qui frappe 1,8 million de personnes dans le seul Etat de Borno. Les violents combats qui opposent l’armée nigériane et le groupe Boko Haram affectent quelque 17 millions de personnes. Parmi elles, plus de sept millions sont menacées de famine dans le nord-est du pays et dans le bassin du lac Tchad.
‘’Derrières ces chiffres vertigineux, les besoins sont immenses. Et malgré des alertes répétées de catastrophe nutritionnelle ou de famine, les appels de fonds des Nations Unies pour le Nigéria n’ont levé que 250 millions de dollars en 2016, indique Thierry Benlahsen, responsable du desk Urgence de Solidarités International. Demain se tient la conférence annuelle des donateurs pour cette région. Les participants doivent se mobiliser à la hauteur de ce qui menace d’être la pire crise humanitaire de ces dernières années. On estime qu’1,5 milliard de dollars seront nécessaires pour enrayer cette spirale et répondre aux besoins au Nigéria et dans les pays du bassin du Lac Tchad qui, au même titre que d’autres crises comme le Yémen ou le Burundi, demeurent jusqu’ici largement passées sous silence.’’

Soudan du Sud : près de la moitié la population a besoin d’assistance alimentaire

Au Soudan du Sud, où nous apportons à des dizaines de milliers de déplacés un accès vital à l’eau potable, à l’hygiène et à l’assainissement, nos équipes de réponse rapide ne cessent de tirer le signal d’alarme. ‘’4,9 millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire, trois mois avant la période de soudure, alerte Catherine Hiltzer, notre responsable des opérations dans la zone.’’

Somalie : les mêmes signes qu’avant la famine de 2011, tout comme au Kenya

En Somalie, la situation rappelle celle qui a préfiguré la famine qui a emporté au moins 250 000 vies dans la Corne de l’Afrique en 2011. ‘’Dans ce pays où les humanitaires font face à de très difficiles conditions d’accès du fait d’un conflit qui dure, les financements manquent également cruellement face aux besoins de la population. Nos équipes observent des mouvements de populations massifs à l’intérieur du pays. Des familles entières viennent se regrouper autour de puits dans lesquels l’eau est plus accessible, à proximité des frontières éthiopienne et kenyane. Or les ressources sont déjà rares dans ces points de rassemblements, eux aussi impactés. D’autant que les pays voisins n’échappent pas à l’état de sécheresse. Les autorités kenyanes ont ainsi déclaré l’état de catastrophe le 10 février dernier, après plusieurs saisons des pluies infructueuses. Elles s’attendent aussi à accueillir des flux de populations venant des pays voisins, eux-mêmes affectés par le phénomène. Nos équipes de mobilisent, notamment dans les zones les plus affectées par le phénomène.’’

Yémen : un quart de la population au bord de la famine

Au Yémen, où nos équipes se préparent à intervenir, plus de deux ans de guerre ont plongé plus d’un quart de la population yéménite au bord de la famine, soit 7 millions de personnes.

Aujourd’hui plus que jamais, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL rappelle à toutes les parties prenantes à ces conflits l’absolue nécessité de maintenir un accès sûr aux populations en danger, de manière à ce que nos équipes ne risquent plus leur vie pour apporter une aide humanitaire indépendante de tout agenda politique à toutes les personnes en situation de vulnérabilité. Toutes sans exception.

 

Des dons par sms pour lutter contre la famine
Parce que chacun peut agir, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL appelle le grand public à se mobiliser, notamment via le don par sms. Chaque don compte. Agissons.
Envoyez STOPFAMINE au 92 600 pour faire un don de 7€ (Soit 1€75 après déduction fiscale)
Ou donnez sur www.solidarites.org



FACEBOOK-Soudan-du-sud-StopFamine

Contact presse SOLIDARITÉS INTERNATIONAL
Tugdual de Dieuleveult 
– Responsable des Publications et des Relations Presse
Tel. 06 64 92 50 37 – Mail. tdedieuleveult@solidarites.org