SOLIDARITÉS INTERNATIONAL envoie une équipe au Cameroun

Publié lejeudi 19 juin 2014

CRISE CENTRAFRICAINE De retour du Soudan du sud, notre équipe d’urgence est à nouveau mobilisée, cette fois pour réaliser un diagnostic de la situation humanitaire des réfugiés centrafricains, dont le nombre a doublé en 6 mois.

Le Cameroun est actuellement confronté à une double crise de réfugiés en provenance du Nigéria et de République Centrafricaine. Aujourd’hui estimés à près de 200 000, les réfugiés centrafricains au Cameroun sont de loin les plus nombreux. Ils se concentrent principalement dans les régions du Nord, de l’Adamaoua et de l’Est. Leur assistance constitue un défi en raison de la multitude de points d’entrée le long des 700 km de frontière commune avec la RCA, du nombre important de nouvelles arrivées et de la présence insuffisante d’acteurs humanitaires.©EC ECHO Thomas Dehermann-Roy

Notre équipe part ce jour pour contribuer à la réponse humanitaire aux besoins des réfugiés centrafricains qui ne cessent d’affluer en masse. ‘’Victimes de violences, de pillages et d’intimidations, bon nombre d’entre eux sont arrivés épuisés, sans effets personnels et avec des moyens financiers très fortement réduits, indique Sandra Lamarque, responsable de notre équipe d’urgence. Ces familles sont installées au sein de communautés hôtes, dans des camps de réfugiés mis à disposition par les autorités camerounaises ou aux points d’entrée situés à la frontière (plus d’une trentaine), où ils sont contraints de dormir dehors. Elles sont très vulnérables à l’insécurité alimentaire. La malnutrition aiguë chez les enfants et les mères dépasse désormais le seuil d’urgence. Le manque d’installations sanitaires et la médiocrité des conditions d’hygiène augmentent le risque d’épidémies, en particulier à l’approche de la saison des pluies.’’

Analyser les besoins humanitaires

Forte de la présence de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL en RCA et au Tchad, ainsi que de l’expérience de l’association des réponses aux mouvements de populations, notre équipe d’urgence va analyser, sur plusieurs sites, les besoins humanitaires et leur niveau de couverture, notamment dans les secteurs eau, hygiène et assainissement, sécurité alimentaire et abris.

‘’Nous allons nous coordonner avec les autres acteurs humanitaires sur place pour aller dans les zones où les besoins sont criants, et où aucun acteur humanitaire n’est présent. Les résultats de nos diagnostics seront compilés et partagés au sein de la communauté humanitaire. Reste ensuite à trouver les financements pour intervenir là où personne n’est présent. Particuliers, entreprises, collectivités et institutions publiques seront sollicités.’’

A SAVOIR

« Une réponse humanitaire initialement sous-estimée » selon ECHO*
Selon ECHO, ‘’la réponse humanitaire à cette situation d’urgence a été initialement sous-estimée. Les gaps sont encore très importants. Compte tenu des arrivées massives et du nombre limité de services existants, une plus grande réponse humanitaire est nécessaire afin de couvrir les différents besoins tels que l’hébergement, les soins de santé, l’alimentation, la nutrition, l’eau et l’assainissement, l’éducation et la protection. Il importe également d’agir rapidement afin d’éviter les conflits qui risquent de naître entre réfugiés et communautés locales.’’ Toujours selon ECHO, les mouvements de retours des réfugiés en RCA ne sont pas du tout envisageables avant deux ou trois ans.

Le coordinateur humanitaire des Nations Unies au Sahel, Rober Piper, a quant à lui appelé à la mobilisation des ONG au Cameroun afin de ‘’répondre à des besoins croissants’’.

*Office humanitaire de la Communauté européenne

Soutenez nos équipes au Cameroun

JE FAIS UN DON

  • 22 millions d'habitants
  • 37,5% de taux de pauvreté
  • 153ème sur 187 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 26 662 personnes secourues

S'informer c'est déjà aider plus loin

Les champs marqués d’un astérisque * sont obligatoires.