Sommet humanitaire mondial : les ONG françaises s’engagent !

Publié le mercredi 18 mai 2016

A une semaine du Sommet humanitaire mondial, les ONG humanitaires françaises réaffirment leur engagement auprès des populations et leur attachement au respect des principes humanitaires de même qu’à une approche cohérente et globale de l’aide qui renforce le rôle des acteurs locaux. Elles invitent les décideurs politiques à tenir leurs engagements pour rester à la hauteur des défis mondiaux.

 

Le Sommet humanitaire mondial se tiendra à Istanbul du 23 au 24 mai 2016. Rendez-vous unique en son genre, il rassemblera les acteurs de l’aide d’urgence (agences onusiennes, États, bailleurs, ONG, secteur privé, etc.) avec l’ambition de réformer le système humanitaire mondial actuel. Les ONG humanitaires de Coordination SUD répondront présent à l’événement et publient pour l’occasion un document commun1, en réponse à l’appel de Ban Ki-Moon pour une « Responsabilité partagée pour une seule humanité ».

Les ONG s’engagent à mettre les principes humanitaires au coeur de leur action. De plus en plus, ces principes sont bafoués comme le montrent la succession de récentes attaques sur les hôpitaux de MSF au Yémen et en Afghanistan ou encore contre un centre de soins de Médecins du Monde en Syrie. Du fait du contexte de politisation accrue où les ONG interviennent, l’accès à certaines populations est menacé, comme actuellement au Yémen ou en Syrie.

« Il est essentiel que les décideurs politiques, partenaires et bailleurs respectent les principes humanitaires pour faciliter l’action des organisations présentes sur le terrain. », insiste Pauline Chetcuti, cheffe de file de la commission Humanitaire de Coordination SUD et responsable Plaidoyer humanitaire à Action contre la Faim.

En outre, après les grands rendez-vous de 2015 (adoption des objectifs de développement durable, conférence sur le financement du développement, Accords de Sendaï sur la réduction des risques de catastrophes et Accord de Paris), tous les acteurs de l’aide, en particulier les ONG humanitaires, doivent repenser leur coordination et s’accorder sur une approche cohérente et globale.

Pour Alain Boinet, administrateur de Coordination SUD pour la CHD et fondateur de Solidarités international : « Ce Sommet organisé par les Nations unies doit tenir ses promesses pour une plus grande efficacité de l’aide humanitaire en accord avec ses principes. Les ONG humanitaires doivent renforcer leur coordination avec les divers acteurs de l’aide dans le respect de la dignité, de l’identité et de l’autonomie des populations en danger, en partenariat étroit avec les acteurs locaux et assurer le lien entre l’urgence, la reconstruction et le développement ».

Enfin, Coordination SUD et ses ONG humanitaires appellent les décideurs à s’engager à leur tour à concrétiser la volonté politique affichée : « Dans un contexte caractérisé par une complexité croissante des crises humanitaires, la France et l’Union européenne doivent tenir leurs engagements pour renforcer les moyens financiers dédiés à l’aide d’urgence et favoriser leur accessibilité aux ONG », insiste encore Philippe Jahshan, président de Coordination SUD.

Accéder au document
 »Engagements et demandes des ONG françaises pour le Sommet humanitaire mondial »

1 Le document de position « Sommet humanitaire mondial : les ONG françaises s’engagent » signé par les ONG ACTED, Action contre la Faim, ALIMA, CARE France, Coordination SUD, Handicap International, Medair France, Médecins du Monde, Première Urgence Internationale, Secours Catholique-Caritas France, Secours Islamique France, Solidarités International, SOS Villages d’Enfants, Triangle Génération Humanitaire : est disponible sur demande et sous embargo jusqu’au 19 mai 17h.

Coordination SUD – Solidarité Urgence Développement
La coordination nationale des ONG françaises de solidarité internationale
14 passage Dubail · 75010 Paris
Tél. 01 44 72 93 72 – Fax : 01 42 09 48 61
www.coordinationsud.org