Haïti : 7 ans après le séisme, le choléra toujours invaincu

Publié le jeudi 12 janvier 2017

Triste anniversaire. Ce 12 janvier 2017 marquera les 7 ans du séisme dévastateur qui a frappé Haïti et plongé un peu plus encore les habitants dans une précarité inextricable. Double peine, quelques mois après, deuxième désastre, le choléra fait son apparition dans le pays et provoque  près de 10 000 morts et contamine 800 000 victimes.

 

Logo Solidarite 35ans 680

 

Le 12 janvier 2010, un terrible séisme de magnitude 7,3 ravage Haïti. Frappant la zone la plus peuplée du pays, il provoque la mort de plus de 200 000 personnes et en blesse 300 000 autres. Dans la capitale, 1,2 million de personnes se retrouvent sans abri. Quelques mois après, en octobre 2010, les haïtiens encore affaiblis par les conséquences du séisme subissent alors un nouveau choc : l’apparition du choléra.

Selon le professeur Renaud Piarroux, premier à dénoncer la responsabilité des Nations unies dans l’introduction de la maladie, ce sont des soldats népalais contaminés par  le virus qui auraient involontairement, via leurs eaux usées, souillé l’affluent de l’Artibonite. Promiscuité dans les camps de déplacés, système de santé défaillant, position géographique… Tous les éléments sont alors réunis pour favoriser la propagation de l’épidémie.

Les Nations unies responsables

Sept ans plus tard, le nombre de sans-abris a fortement diminué, mais des milliers de personnes vivent encore malgré tout dans des conditions d’hygiène déplorables qui favorisent le développement de maladies hydriques, notamment le choléra. Depuis 2010, la maladie recule grâce aux programmes d’urgence et aux cordons sanitaires mis en place. Mais la reconnaissance, seulement à l’été 2016,  par les Nations unies de leur responsabilité dans l’introduction de cette épidémie n’a pas permis aux différents acteurs engagés, dont SOLIDARITÉS INTERNATIONAL, d’apporter une réponse intégrant aussi les indispensables programmes de prévention de la maladie auprès des populations.

6 années de réponse d’urgence

 »La question de la prévention a longtemps été éludée et les financements pour ce type de programme n’ont pas suivi. Cela fait 6 ans que les équipes de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL travaillent sur la question du choléra en Haïti. 6 années de réponse d’urgence. Les choses bougent aujourd’hui. Nous avons eu une ouverture ces derniers mois, mais l’arrivée de l’Ouragan Matthew début octobre a retardé le déploiement des efforts tant attendus dans cette direction », souligne Alexandre Giraud, directeur des Opérations chez SOLIDARITÉS INTERNATIONAL.

Une épidémie en baisse, de nouveaux financements, des efforts à ne pas relâcher

Aussi tardive qu’elle fut, cette reconnaissance de responsabilité par les Nations unies a permis un déblocage ces derniers mois de moyens financiers visant à apporter une réponse sur la prévention de la maladie auprès des populations.
 »Ces financements spécifiques nous permettront de concentrer nos efforts sur la sensibilisation à l’hygiène des populations, sur la construction de réseaux d’adduction d’eau potable et sur l’accès à des structures d’assainissement… Si nous n’en sommes qu’au début de cette lutte, il faut malgré tout saluer le travail et l’engagement des équipes d’Unicef qui sont le bras des Nations unies dans la riposte au choléra en Haïti, et qui ne ménagent ni leur temps, ni leurs ressources humaines, pour apporter une réponse efficace. Concrètement, depuis 3 mois, malgré les craintes suscitées par le passage en octobre 2016 de l’Ouragan Matthew, le choléra en Haïti n’a pas explosé, fruit des efforts de tous les acteurs de terrain en première ligne dans la lutte contre la maladie. Il ne faut pas relâcher les efforts », soutien Thibaud Mayaud, chef de mission en Haïti.

Nos équipes se tiennent à votre disposition pour apporter leur éclairage sur la situation.
Contact presse
Tugdual de Dieuleveult, Responsable des Publications et des Relations Presse tdedieuleveult@solidarites.org – 06 64 92 50 37 – 01 76 21 87 11

Haïti


SOLIDARITÉS INTERNATIONAL est intervenue auprès des victimes du séisme dès janvier 2010 dans les sites de déplacés de la capitale. Pour sortir progressivement de la logique d’urgence, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a entrepris, à partir de septembre 2010, d’accompagner les populations vers un retour dans leurs quartiers et d’améliorer leurs conditions de vie de manière durable. En parallèle, nos équipes continuent également à développer des projets de réponse aux flambées de choléra. Enfin, nos équipes interviennent depuis 2014 dans le domaine de la sécurité alimentaire dans le département du Sud-Est et dans le département des Nippes depuis octobre 2016 suite au passage de l’Ouragan Matthew.