Crises humanitaires : SOLIDARITÉS INTERNATIONAL n’oublie pas les femmes

Publié lemercredi 6 janvier 2016

Selon le rapport sur l’état de la population mondiale 2015 du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), les femmes sont les grandes oubliées des crises humanitaires. Chez SOLIDARITÉS INTERNATIONAL, le genre et les individus sont systématiquement pris en compte dans les programmes.

« Sur les plus de 100 millions de personnes actuellement déplacées ou déracinées par un conflit ou une catastrophe naturelle, un quart sont des femmes ou des adolescentes, âgées de 15 à 49 ans, dont les besoins essentiels en matière de santé sont souvent négligés dans le cadre des interventions humanitaires« , explique le rapport de l’UNFPA. Malgré ce constat, les équipes de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL s’attachent à toujours prendre en compte le genre dans leur réponse humanitaire. Chaque pays, chaque population relevant d’une culture différente, nos équipes, dans leurs diagnostiques, même dans les urgences, prennent le temps de définir des programmes adaptés. « Au Népal, après le séisme du 25 avril dernier,  nous avons par exemple défini et dispensé différents modules de promotion de l’hygiène adaptés à chaque catégorie de population. Les femmes ont été formées à l’hygiène autour de la nourriture ou de celle des nourrissons et des enfants. Les hommes, eux, ont été formés aux bonnes pratiques d’utilisation de matériels de construction afin de respecter les règles de base en matière de sécurité et d’hygiène« , explique ainsi Thierry Benlahsen, responsable de l’équipe d’urgence.

femmes nepal

Au-delà des urgences, la même méthode est adaptée dans les différents contextes. Crise syrienne, Afghanistan, réfugiés centrafricains au Cameroun, ou encore la Somalie, sur chaque type de crise nos équipes prennent en compte tous les individus. Nos équipes adaptent leur réponse notamment envers les femmes déjà souvent en situation de plus grande pauvreté et de plus grande fragilité dans leur communauté de vie habituelle. Une situation qui, en cas de conflit ou de catastrophe, empire. Les femmes et les jeunes filles sont alors plus exposées notamment en matière de santé. Face à ces risques, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL apportent des solutions spécifiques.

Afghanistan : prioriser l’accès à des structures d’assainissement familiales

Dans la province de Khost, en Afghanistan où des milliers de Pakistanais ont trouvé refuge fuyant les combats en l’armée et les Talibans, les équipes de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL ont permis de renforcer l’accès à l’hygiène pour les femmes du camp de Gulan. « Pour les atteindre, nous avons  recruté des promoteurs d’hygiène féminines. Par ailleurs, des blocs de latrines/douches d’urgence one été installés dans chaque campement, pour permettre à chaque famille d’avoir un accès à des infrastructures sanitaires adaptées à l’environnement culturel. En effet, l’installation de latrines publiques n’aurait pas permis d’assurer l’accès des femmes à ces infrastructures indispensables. Elles ont également amélioré la vie privée pour les femmes à l’intérieur de leur campement, car elles n’ont généralement pas d’espace à l’intérieur de leurs tentes pour l’hygiène personnelle« , souligne  Valentina Origoni, responsable programme pour nos activités pour l’Asie.

Femmes afghanistan

Au Cameroun, 90% de femmes ciblées par les nos programmes AGR

Au Cameroun, dans l’Est du pays des milliers de réfugiés Centrafricains sont venus se mettre à l’abri des violences qui minent leur pays d’origine depuis décembre 2013. Afin de venir en aide aux populations,  SOLIDARITÉS INTERNATIONAL intervient depuis août 2014 dans le site le transit de Garoua Boulaï,  le site de réfugiés de Gado et dans les villages hôtes de Gado et Ndokayo. « Dans le camp de réfugiés de Gado, mais également dans le village hôte de Gado, sur des activités de maraîchage, 46,8% des ménages ciblés ont une femme pour cheffe de ménage. Sur le même projet, 27 des 30 activités génératrices de revenus (AGR) soutenues par nos équipes sont gérées par une femme. Elles représentent donc 90% des personnes ciblées dans ce projet. Ces activités génératrices de revenus vont ainsi leur permettre de dégager de quoi se nourrir et rester dignes« , explique Charline Coate, responsable programme pour la Sahel.

femmes cameroun

Au Liban, 30% des bénéficiaires du programme cash sont des femmes

Au Liban, des millions de Syriens sont venus trouver refuge dans le pays fuyant la guerre civile qui a débuté il y a maintenant près de cinq ans. Les équipes de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL présentes dans le nord du Liban dans la région de Tripoli développent une assistance aux ménages les plus vulnérables via un programme de transfert d’argent inconditionnel. « Cette activité permet de répondre aux besoins de base de1690 ménages. Parmi ces ménages bénéficiaires de ce programme il y a au moins 30% de femme cheffe de foyer. Cet argent, 175$ par mois, leur permet de subvenir aux besoins de base de leur famille, s’acheter de quoi boire, de quoi manger, payer le loyer, mais aussi de faire face aux maladies en ayant de quoi s’acheter les médicaments nécessaires« , indique Lise Salavert, responsable programme pour le Liban.

femmes liban

Gestion des déchets en Somalie

La santé passe aussi par la bonne gestion des déchets. C’est ainsi qu’en Somalie, les équipes de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL ont mis en œuvre un programme Eau Hygiène et assainissement particulièrement porté par des femmes. « L’une des activités de ce programme consistait à soutenir 19 groupes de femmes, de jeunes et de déplacés dans la gestion des déchets solides dans les districts d’Adaado et d’Abudwa. Parmi ces groupes, la moitié était composée exclusivement de femmes. Ces groupes ont ainsi été formés aux trois principes de la gestion des déchets : réduction, réutilisation et recyclage (3R). Par exemple, les groupes ont été formés à réutiliser des déchets alimentaires, animaux et végétaux pour en faire du compost. Il s’agissait de renforcer les compétences de ces groupes pour qu’ils puissent tirer des revenus de ces activités, tout en débarrassant l’environnement de déchets mal gérés. Certains groupes ont d’ailleurs ouvert des boutiques pour vendre des paniers et des vases faits en recyclant divers objets en plastique« , détaille Amélie Cardon responsable programme pour la Somalie.

Femmes somalie

D’Haïti au Myanmar, du Soudan du Sud au Bangladesh, ou, comme cité ci-dessus en Somalie, au Cameroun, au Liban ou en Afghanistan, tous les programmes de l’organisation intègrent dès leur mise en place le genre afin d’apporter une aide digne, efficace et ciblée.

Soutenez nos équipes sur le terrain

JE FAIS UN DON

S'informer c'est déjà aider plus loin

Les champs marqués d’un astérisque * sont obligatoires.