World Water Week 2016 : quel bilan ?

Publié lemercredi 22 février 2017

La World Water Week (Semaine mondiale de l’eau) de Stockholm est organisée chaque année par le Stockholm International Water Institute (SIWI). Depuis 1991, elle est le point focal annuel des discussions et échanges sur les problèmes mondiaux concernant le monde de l’eau. Bansaga Saga, réfèrent Eau, hygiène et assainissement y représentait Solidarités International.

L’édition 2016 de la Semaine Mondiale de l’Eau qui a réuni plus de 3 100 participants venus de plus de 120 pays s’est articulée autour du thème « L’eau pour une croissance durable » et a su mettre en lumière les défis posés par l’Agenda 2030 des ODD*, adopté en 2015 par l’Assemblée Générale des Nations unies. Une place forte a également été donnée à la thématique du climat, avec un souhait de voir les accords de Paris de la COP21 se concrétiser à la COP22 de Marrakech cette année par des décisions de mise en œuvre.

World Water Week

ODD et accord de Paris, 2 agendas complémentaires

Lors de cette semaine, la communauté de l’eau a milité pour la mise en place d’une gouvernance mondiale du secteur et en s’impliquant dans la mise en œuvre des ODD et de l’Accord de Paris sur le Climat. ‘’Les acteurs de l’eau avec qui j’ai pu échanger cette semaine ont tous insisté fortement sur la nécessité d’une cohérence et  d’une complémentarité de ces deux agendas, mais également sur le fait de pouvoir dialoguer avec les autres secteurs tels que le Climat, l’Energie, la Sécurité alimentaire et faciliter l’intégration des politiques sectorielles, explique Bansaga. La communauté de l’eau a aussi insisté sur l’importance de ne pas séparer le développement et l’urgence et d’assurer une cohérence plus forte entre les deux, notamment à travers le cluster WASH’’.

Multiplier les contacts, engager des discussions

Pour Solidarités International, cette semaine a également été fructueuse en termes de rencontres notamment mais également en termes de notoriété. ‘’Bien que la Semaine Mondiale de l’Eau ne soit pas centrée sur les problématiques directes de l’aide humanitaire, cela reste un forum de haut niveau où tous les grands acteurs de l’eau dialoguent. Notre participation nous a permis de créer du lien avec d’autres acteurs en vue d’initier de multiples contacts bilatéraux, et d’engager des discussions qui pourraient aboutir à des opportunités et des partenariats. Cet évènement, poursuit Bansaga, a aussi été l’occasion pour nous de diffuser notre savoir-faire en termes d’accès à l’eau dans nos domaines d’intervention en urgence. Le Baromètre de l’eau, une de nos vitrines, a connu un véritable succès auprès des participants dont certains nous ont même demandé de pouvoir y participer l’an prochain. Signe qu’il faut poursuivre dans cette voie’’.

*Les Objectifs de Développement durable sont aux nombres de 17. L’objectif 6 concerne spécifiquement l’eau et se divise en plusieurs points :
6.1 D’ici à 2030, assurer l’accès universel et équitable à l’eau potable, à un coût abordable
6.2 D’ici à 2030, assurer l’accès de tous, dans des conditions équitables, à des services d’assainissement et d’hygiène adéquats et mettre fin à la défécation en plein air, en accordant une attention particulière aux besoins des femmes et des filles et des personnes en situation vulnérable
6.3 D’ici à 2030, améliorer la qualité de l’eau en réduisant la pollution, en éliminant l’immersion de déchets et en réduisant au minimum les émissions de produits chimiques et de matières dangereuses, en diminuant de moitié la proportion d’eaux usées non traitées et en augmentant considérablement à l’échelle mondiale le recyclage et la réutilisation sans danger de l’eau
6.4 D’ici à 2030, augmenter considérablement l’utilisation rationnelle des ressources en eau dans tous les secteurs et garantir la viabilité des retraits et de l’approvisionnement en eau douce afin de tenir compte de la pénurie d’eau et de réduire nettement le nombre de personnes qui souffrent du manque d’eau
6.5 D’ici à 2030, mettre en œuvre une gestion intégrée des ressources en eau à tous les niveaux, y compris au moyen de la coopération transfrontière selon qu’il convient
6.6 D’ici à 2020, protéger et restaurer les écosystèmes liés à l’eau, notamment les montagnes, les forêts, les zones humides, les rivières, les aquifères et les lacs
6.a D’ici à 2030, développer la coopération internationale et l’appui au renforcement des capacités des pays en développement en ce qui concerne les activités et programmes relatifs à l’eau et à l’assainissement, y compris la collecte de l’eau, la désalinisation, l’utilisation rationnelle de l’eau, le traitement des eaux usées, le recyclage et les techniques de réutilisation
6.b Appuyer et renforcer la participation de la population locale à l’amélioration de la gestion de l’eau et de l’assainissement.

S'informer c'est déjà aider plus loin

Les champs marqués d’un astérisque * sont obligatoires.