Famine en Afrique et au Yémen : chiffres et définition

Publié le mardi 25 avril 2017

Depuis la fin du mois de février, l’ONU alerte sur le risque de famine qui pèse sur 20 millions de personnes au Yémen, au Nigéria, au Soudan du Sud et en Somalie. Qu’est-ce que la famine ? Quelles en sont les causes ? Quelles sont les différentes phases qui mènent à cette situation ? Quels sont les chiffres ? Eclairage de Cédric Fioekou, référent sécurité alimentaire et moyens d’existence.

Qu’est-ce que la famine ?

Depuis l’annonce des Nations Unies alertant sur la crise alimentaire en Afrique et au Yémen, le mot famine revient souvent, parfois sans prendre la mesure de ce que ce mot recouvre. Pourtant, la famine est un terme qui se doit d’être employé avec précaution. La famine, dans son sens large peut se définir par un manque presque total de ressources alimentaires dans un pays, une région, aboutissant à la mort ou à la souffrance de la population. Plus précisément, la définition proposée par la FAO, à travers le cadre Intégré de classification de la sécurité alimentaire, fait aujourd’hui consensus. Pour être qualifiée de famine, une crise alimentaire doit répondre à plusieurs critères :
–    un taux de mortalité élevé supérieur à deux personnes par jour pour 10 000 individus
–    une malnutrition aigüe touchant plus de 30% de la population
–    ration journalière très inférieure au 2100 kcal par jour et par personne qui constitue la norme en termes de quantité
–    moins de 4 litres d’eau par jour et par personne
–    une perte effective totale de tout moyens d’existence
–    20% de la population d’une même région doit être concernée

famine nigeria centre de sante

Classification de la sécurité alimentaire

Selon la FAO, la situation alimentaire d’une région peut être classée en 5 phases.  Avant d’atteindre le stade de famine, une crise alimentaire passe par plusieurs étapes, de la sécurité alimentaire (phase 1) pour aller jusqu’à la famine (phase 5). Ces 5 phases permettent d’identifier et de graduer clairement le niveau de sécurité alimentaire des populations et ainsi adapter la réponse à apporter pour chacune des situations.
Phase 1 : sécurité alimentaire minimale
Phase 2 : stress alimentaire
Phase 3 : crise alimentaire
Phase 4 : urgence humanitaire
Phase 5 : famine

Les causes de la famine

Pour arriver à cette situation, inédite depuis la famine de 2011 dans la Corne de l’Afrique qui a coûté la vie à 250 000 personnes, plusieurs facteurs rentrent en jeu. Il est désormais acquis que les guerres sont la première cause de la famine. Conflit avec les Shebabs en Somalie, avec Boko Haram au Nigéria, guerre civile au Soudan du Sud et au Yémen ont détruit les moyens d’existence des populations. La guerre détruit également les structures de l’état et réoriente ses priorités (import d’armes plutôt que de nourriture). Elle limite aussi drastiquement l’accès aux services de l’état, l’approvisionnement en nourriture et réduit la marge de manœuvre des ONG qui ne peuvent qu’accéder partiellement aux populations victimes et leur fournir une aide vitale.
Les aléas climatiques, quand ils s’ajoutent à une situation de conflit, sont un élément contributif d’une situation de famine à l’image de la sécheresse qui frappe la Somalie : dans certaines région du pays, la production céréalière 2016/2017 a été jusqu’à 70% inférieure à la moyenne des 5 dernières années. Une baisse qui a également eu des impacts très négatifs sur les troupeaux qui ont été décimés. Certains éleveurs ont ainsi perdu jusqu’à 90% de leur cheptel.

Famine nigeria

Les chiffres de l’urgence alimentaire

Mi-avril, l’état de famine n’a été officiellement déclaré qu’au Soudan du Sud et touche principalement l’état d’Unity où 100 000 personnes sont menacées. S’ajoutent à elles, 1,17 million de personnes en situation d’urgence alimentaire (phase 4 de la classification de la sécurité alimentaire).
Au Nigéria, la famine n’a pas été officiellement déclarée par les autorités. Pourtant, parmi les 1,38 million de personnes en situation d’urgence alimentaire, 44 000 sont en situation de famine selon les ONG. Elles sont principalement recensées au nord-est du pays et concentrées en grande majorité (38 000 personnes) dans l’état de Borno.
En Somalie comme au Yémen, les chiffres sont moins précis. Si les ONG reconnaissent de nombreuses poches de famine dans plusieurs région des deux états, la famine telle que définie par les Nations unies, n’est pas à ce jour établie officiellement. Malgré cela, la situation est particulièrement alarmante dans les deux pays. Ainsi en Somalie, 50% de la population (6 millions de personnes) ont besoin d’assistance alimentaire et parmi elles, 1,1 million de personnes sont en situation d’urgence alimentaire. Au Yémen, ce sont 17 millions de personnes qui ont besoin d’aide alimentaire dont 7 millions en situation d’urgence.

Mais ces 4 pays touchés par la crise alimentaire ne sont sans aucun doute pas les seuls concernés. Il existe en effet de fortes inquiétudes dans d’autres nombreuses zones où les données manquent cruellement. Il a fort à croire que d’ici quelques semaines, d’autres régions puissent à leur tour plongées dans une situation dramatique.

Soutenez les populations affectées par la famine

JE FAIS UN DON