Yémen : des conséquences humanitaires sans précédent

Publié le mardi 25 juillet 2017


SOLIDARITÉS INTERNATIONAL lance un véritable cri d’alarme sur la situation catastrophique au Yémen où se déroule depuis plus de 2 ans un conflit dont les conséquences humanitaires sont sans précédent. Crise oubliée, en dehors de tous les radars, la guerre au Yémen a déjà fait plus de 10 000 victimes, forcé 2,2 millions de personnes à quitter leur foyer et plongé plus de 20 millions de personnes dans la misère, n’ayant d’autres recours que l’aide humanitaire.

Un pays menacé par la famine

Comme le Nigéria, le Soudan du Sud ou la Somalie, le Yémen fait face à une crise alimentaire sans précédent. 17 millions de personnes, soit la population totale des Pays-Bas, ont un besoin urgent d’aide alimentaire, dont 7 millions sont directement menacées par la famine. Les enfants et les femmes enceintes et allaitantes sont particulièrement exposées. 2,3 millions d’enfants sont en situation de malnutrition aigüe dont 462 000 risquent de mourir si une assistance n’est pas apportée immédiatement. ‘’Mais les ports sont fermés, le pays est coupé en deux et l’accès aux zones reculées est particulièrement difficile pour les acteurs humanitaires. Sans cet accès et sans un minimum de financements, les efforts déployés par nos équipes resteront vains’’, souligne Alexandre Giraud, Directeur des Opérations de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL.

Le manque d’accès à l’eau pour plus de 70% de la population Yéménite

16 millions de personnes ont besoin d’assistance en termes d’accès à l’eau. ‘’Plus d’une personne sur deux n’a pas accès à une eau propre et proche de son foyer. Il faut parfois jusqu’à 2 heures ou plus de marche pour trouver un puits, indique Saara Bouhouche, Cheffe de Mission Urgence de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL de retour du Yémen. Non couverts et non sécurisés, l’eau des puits est souvent contaminée. Elle provoque des maladies hydriques comme le choléra et participent de la malnutrition. Et quand l’eau est accessible plus facilement, car livrée par camion, elle est payante. Un frein pour les déplacés qui n’ont quasiment aucune ressource.’’

La plus grave épidémie de choléra dans le monde

En plus d’une guerre sans perspectives de sorties, une épidémie de choléra, la plus violente et la plus grave actuellement dans le monde, frappe de plein fouet le pays. 384 719 cas ont été recensés et la maladie a provoqué la mort de 1858 personnes en moins de trois mois. ‘’L’eau potable manque cruellement, et l’insalubrité est un vrai fléau. Les services d’assainissement ne fonctionnent plus et les déchets s’amoncellent partout dans les rues. C’est toute la population qui est exposée au risque de choléra si les moyens adéquats ne sont pas débloqués rapidement’’, souligne Andréa Angioletti, Coordinateur WASH Urgence récemment retourné du Yémen.

Le manque de financement limite la présence d’acteurs humanitaires

La crise au Yémen est une des plus fortes et des plus intenses qui se déroule sur la planète. Pourtant, le manque de moyens mis sur la table par les bailleurs de fonds internationaux – alors même qu’ils regrettent qu’il n’y ait pas plus d’acteurs humanitaires sur le terrain, est symptomatique du manque d’intérêt de la communauté internationale pour cette crise.
Dans le sud du pays, les équipes d’urgence de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL ont pu constater un manque flagrant de couverture des besoins les plus basiques des populations. Eau potable, nourriture, abris, tardent cruellement à arriver pour des populations déjà très fragilisées par la guerre. ‘’L’appui des bailleurs est indispensable pour que de nouveaux acteurs humanitaires puissent entrer dans le pays et ainsi alléger la tâche très lourde de ceux déjà présents. Nous demandons que les Etats, Union Européenne, Etats-Unis et Grande Bretagne en tête, adjoignent les actes à la parole’’, insiste Jean-Yves Troy, Directeur Général de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL.

Les équipes de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL sont à votre disposition pour témoigner de ce qui se déroule au Yémen.

Pour toute demande d’interviews
Tugdual de Dieuleveult – Responsable des Relations Presse
06 64 92 50 37 – tdedieuleveult@solidarites.org