Grèce/Macédoine : ‘’Les réfugiés dorment dehors par moins 2°’’

Publié lelundi 14 décembre 2015

Marie Fanget est responsable programme Eau, hugiène et assainissement de l’équipe d’urgence. De retour de la frontière entre la Grèce et la Macédoine elle a été marquée par les besoins criants des milliers de réfugiés bloqués à ce point de passage.

Depuis plusieurs mois, les équipes de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL portent une attention particulière sur les migrants qui affluent vers l’Europe. L’organisation est intervenue en urgence à Calais sur le site de la Lande au mois de juin pour y construire les douches et les toilettes qui faisaient défauts. Une équipe est également partie en Serbie et Macédoine en Septembre afin d’évaluer les besoins des migrants. Depuis le mois de novembre, c’est à la frontière entre la Grèce et la Macédoine qu’une équipe de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL évalue les besoins des migrants face à l’hiver et les températures qui chutent sensiblement.

grece fillette

Rania, bloquée à la frontière entre la Grèce et la Macédoine appelle à l’aide.

‘’Je n’oublierai jamais les jours passés ici’’

Marie Fanget, responsable programme Eau, hygiène et assainissement de l’équipe d’urgence est revenue il y a quelques jours de la frontière entre la Grèce et la Macédoine où des milliers de réfugiés sont bloqués sur place dans le dénuement le plus total. ‘’Seuls les Syriens, les Irakiens, et les Afghans peuvent traverser la frontière. Pour les autres (Iraniens, Somaliens, Pakistanais…), la porte est fermée. Dès lors, les familles les plus chanceuses dorment dans des tentes. Les autres dehors, alors qu’il fait 2° la nuit. Les besoins les plus urgents, par ordre de priorité sont de leur fournir : des couvertures, des vêtements chauds et de quoi se laver (savons, brosse à dents, dentifrice).’’ Au cours de son évaluation des besoins, la coordinatrice de notre équipe a particulièrement été marquée par Rania*, une petite fille dont elle nous a rapporté la photo. Sur le carton que Rania* tient dans ses mains, il est écrit ces quelques mots : ’’Je suis une enfant et je n’oublierai jamais les jours passés ici. Le bruit de ces milliers de gens qui toussent la nuit dans le camp est gravé dans ma mémoire. Les pleurs des bébés dès le matin, je ne les oublierai jamais’’.

Grece frontire grand

Des milliers de réfugiés bloqués à la frontière entre la Grèce et la Macédoine

Eté, hiver, la donne a changé

Pour Christophe Vavasseur, responsable géographique chez SOLIDARITÉS INTERNATIONAL, les besoins de ces réfugiés sont immenses notamment en raison de l’hiver : ‘’Cet été, lors de nos évaluations, les frontières n’étaient pas encore bloquées. Les réfugiés ne s’arrêtaient que quelques heures pour se reposer et repartaient rapidement. Avec les températures clémentes, les besoins étaient relativement peu nombreux : de l’eau, un peu de nourriture, de l’électricité pour recharger les batteries des téléphones portables, uniques liens avec les familles dispersées. Aujourd’hui, la donne a changé. Des milliers de femmes, d’hommes et d’enfants sont partis avec le strict minimum, arrivent en Grèce depuis la Turquie  et se retrouvent coincées à la frontière avec la Macédoine où peu d’organisations les prennent en charge. Ils ont besoin d’eau, de nourriture, de quoi se laver mais aussi de vêtements chauds : pulls, sous-vêtements, chaussettes, couvertures… On ne peut pas les laisser sans aide. Notre mandat nous oblige à leur porter secours immédiatement.’’

*le prénom a été modifié

Soutenez nos équipes sur le terrain

JE FAIS UN DON 

S'informer c'est déjà aider plus loin

Les champs marqués d’un astérisque * sont obligatoires.