www.solidarites.org

Crise syrienne : les besoins ne font pas débat

Publié le mercredi 11 septembre 2013

Présente depuis décembre 2012 en Syrie, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL apporte également une aide humanitaire d’urgence aux réfugiés syriens qui ne cessent d’affluer au Liban, où aucun camp n’a pu être prévu pour les accueillir. Dans les deux districts de Zgharta et de Minieh-Denniyeh, au nord-ouest du pays, nos équipes ont tenu à mettre en place une réponse adaptée, presque au cas par cas, aux problèmes de milliers de familles qui ont tout perdu et qui survivent dans des conditions toujours plus précaires.

Parmi les pays limitrophes de la Syrie, c’est le Liban, pays d’à peine plus de 4 millions d’habitants, qui accueille le plus grand nombre de réfugiés syriens. Alors qu’elles étaient environ 30 000 en juin 2012, plus de 600 000 personnes sont enregistrées à ce jour auprès du Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR). ‘’L’équipe d’experts que nous avons envoyée en janvier 2013 a mis à jour des besoins importants dans les districts de Minnieh-Dannieh et Zgharta, indique Bérengère Tripon, responsable de nos opérations dans la zone. Selon les deniers chiffres du HCR, environ 45 000 réfugiés y sont enregistrés. Il serait même plus vraisemblable de parler d’environ 55 000 personnes si l’on inclut celles qui ne sont pas enregistrées et celles en attente d’enregistrement.’’

Chaque mois, des centaines de familles fuyant les combats gagnent notamment cette région. ‘’Nos équipes visitent chaque ménage nouvellement arrivé, explique Caroline Bedos, notre chef de mission sur place, afin de récolter les informations qui permettront de déterminer leur niveau de vulnérabilité, le type et la quantité de biens de première nécessité dont elles manquent.’’ Matelas, couvertures, articles de cuisine, kits d’hygiène et pour bébé, ainsi que des paniers de nourriture leur sont distribués pour couvrir leurs besoins pendant 2 à 4 semaines environ. Le temps nécessaire au HCR pour les enregistrer et dispenser une assistance humanitaire.

‘’Le problème n°1, c’est la précarité des abris’’

‘’Le premier problème pour les réfugiés syriens qui arrivent au Liban est de trouver à se loger, poursuit Caroline. Au sein de nos zones d’intervention, les opportunités de logement se réduisent considérablement, forçant les familles à trouver des refuges toujours plus précaires. Elles louent, au mieux, des maisons présentant des problèmes d’isolation (fuite d’eau, courant d’air) amenant à des risques sanitaires. Pour celles dont les économies ont fondu, elles sont amenées à s’abriter dans des habitats informels : garages, entrepôts, sous-sol… Autant d’abris collectifs où les conditions sont précaires avec peu d’accès à l’eau potable et aux installations sanitaires. Elles sont également toujours plus nombreuses à trouver refuge dans des bâtiments inachevés sans protection contre les éléments et où les installations sanitaires de base sont quasiment inexistantes. Enfin, on observe depuis quelques temps la multiplication de regroupements informels de tentes faites de bric et de broc. Avec l’arrivée de l’hiver, les conditions de vie de ces familles vont se dégrader davantage.’’

Avec les logements insalubres se pose le problème de l’accès à l’eau et de l’hygiène. Selon la coordination des acteurs humanitaires au Liban, 30% de la population réfugiée a besoin d’un soutien pour renforcer son accès à l‘eau et à l’assainissement. D’un point de vue sanitaire, plus de 20 % des installations utilisées par les familles de réfugiés sont grandement endommagées ou inadéquates.

L’eau insalubre, un risque majeur pour les enfants

‘’Encore une fois, nos équipes se font fort d’évaluer très précisément les besoins pour fournir l’aide la plus adaptée. Notre action dépend donc du type d’habitat : distribution de matériel d’isolation pour les uns, de kit d’abris d’urgence pour les autres et réhabilitation de logements collectifs. Enfin, parce que le manque d’accès à l’eau et l’insalubrité des conditions de vie ont été identifiés comme les risques majeurs pour les familles de réfugiés et plus particulièrement les enfants, nous réhabilitons ou construisons des points d’eau, installons des toilettes familiales ou collectives, raccordons certains bâtiments ou campements informels aux réseaux d’eau et distribuons des filtres à eau en céramique afin de rendre l’eau potable.’’

Alors que la crise syrienne connait, à l’heure où nuos bouclons, une nouvelle escalade, le nombre de réfugiés risquent de s’accroitre encore plus fortement que ce que les dernières prévisions laissaient penser. D’après la communauté humanitaire, le Liban devrait accueillir 1,2 million de réfugiés à la fin 2013. Dans nos deux districts d’intervention, leur nombre devrait doubler. Pour agir, nous avons plus que jamais besoin de vous. RD

> RDV en décembre pour un reportage de la photojournaliste Marine Pradel, actuellement sur place aux côtés de nos équipes.

  • 22 millions d'habitants
  • 85,2% de taux de pauvreté
  • 134ème sur 187 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 40 897 personnes secourues