www.solidarites.org

RCA : violences meurtrières dans le camp de déplacés de Kaga Bandoro.

Publié le mardi 25 octobre 2016

article-rca

Un regain des affrontements

Depuis le début du mois d’octobre, les violences se sont intensifiées en République Centrafricaine. D’abord à Bangui, où des affrontements intercommunautaires ont fait une dizaine de morts. Puis le 12 octobre, lorsque le camp de déplacés de l’évêché de Kaga Bandoro a été attaqué, faisant une quarantaine de victimes.

Des combats ont lieu dans plusieurs régions du pays ainsi que dans la capitale, Bangui, entre des miliciens ex-Sélékas et des combattants anti-Balakas, qui n’ont toujours pas été désarmés ce qui provoque le regain régulier de ces violences. « Ces événements sporadiques se sont intensifiés depuis le début du mois d’octobre et toutes les ONG ont suspendu leur activité à Kaga Bandoro, explique Camille Niel, coordinatrice de réponse d’urgence à Bangui. Le personnel a été évacué ou est sur le point de l’être, » précise-t-elle.

Des violences généralisées

« Il faut savoir que personne n’a été épargné par les attaques, les vols et les violences, ajoute Camille Niel. Depuis mercredi 12 octobre, plusieurs quartiers sont la cible des pilleurs, qui s’attaquent aussi bien aux maisons des particuliers, qu’aux bâtiments officiels ou aux locaux des ONG. Le vendredi, la situation était toujours très tendue dans la ville ».

2016_octobre_rca_kaga-bandoro_intervention_urgence_humanitaire-680x450

Des nouveaux déplacements de populations

L’attaque perpétrée contre le camp de déplacés a causé des dégâts considérables en plus des victimes humaines, puisque les deux tiers du site ont été incendiés. « Depuis que les violences ont éclatées à Kaga Bandoro, entre 5 000 et 10 000 personnes ont trouvé refuge près du camp de la MINUSCA, » affirme Camille Niel. Moins d’une semaine après ces événements, l’équipe de Réponse Rapide de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a pu être déployée pour évaluer les besoins et apporter une première réponse d’urgence.

Photos : © Camille Niel et Tugdual De Dieuleveult / SOLIDARITÉS INTERNATIONAL

République centrafricaine

Contexte et action
  • 4,6 millions d'habitants
  • 62,7 % de taux de pauvreté
  • 185ème sur 187 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 308 976 personnes secourues