www.solidarites.org

République démocratique du Congo : les défis de l’année 2016

Publié le mercredi 4 mai 2016

L’année 2016 sera remplie de défis pour les Congolais et pour nous, organisations, qui tentons de les soutenir au mieux. Analyse de Catherine H., responsable géographique pour la République démocratique du Congo (RdC).

La situation générale en RdC est caractérisée par un déficit d’infrastructures, tant le pays est vaste et difficile à administrer. Dans les zones est du pays, les populations subissent, outre ce déficit d’infrastructures, de nombreux chocs récurrents depuis plus de 20 ans. Ces chocs sont liés au déploiement de groupes armés dans la zone, aux affrontements qui se déroulent entre eux. Le phénomène va loin, avec le développement d’un marché de la violence, avec en toile de fond ethnicité, enjeux fonciers et miniers.

RDC Katanga el nino

Vers une alternance politique ?

Plus globalement, le destin politique de la RdC est en suspens. Les élections générales, arriveront à leur point saillant en novembre 2016, date des élections parlementaires et présidentielles. Cette seconde élection est sans doute celle qui est la plus attendue, le Président en place ne pouvant briguer légalement un nouveau mandat (Joseph Kabila a été nommé président par le Parlement en 2001 au décès de son père, puis élu en 2006 et réélu en 2011). Le tournant décisif que devrait donc prendre la République démocratique du Congo est celui de l’alternance politique. L’opposition se mobilise et s’organise, mais le défi est grand, dans un pays ou la « logistique électorale » est une gageure.

L’exode, unique solution pour fuir les exactions

SOLIDARITES INTERNATIONAL a été active en RDC depuis l’an 2000, couvrant quasi toutes les provinces du pays, à l’exception des Kassaï. Un de nos axes de travail est centré sur la question du déplacement. En effet, les populations civiles qui subissent combats et exactions commises par les groupes armés utilisent le déplacement pour se mettre à l’abri de ces menaces. La population de l’est de la RdC est donc très mobile. Ces déplacements ne se font pas sans heurts et génèrent chez les déplacés de grandes souffrances. Coupés de leurs circuits économiques, manquant d’un accès à de la nourriture, des soins et de l’eau propre, les déplacés sont toujours plus vulnérables à chaque déplacement. Chaque famille, quand elle quitte son milieu perd tout… Les populations résidentes, elles, accueillent de bonne grâce leurs compatriotes mais leurs propres mécanismes de survie sont également mis à rude épreuve.

RDC defis 2016 1

Comprendre et analyser les mécanismes de survie

Le défi majeur pour Solidarités International aujourd’hui en République démocratique du Congo est d’identifier des solutions plus durables aux problématiques rencontrées par les déplacés. Jusqu’alors, la communauté internationale a tenté de répondre au mieux aux besoins des populations déplacées, en leur fournissant une aide immédiate après leur déplacement. Cela est toujours nécessaire, mais une aide plus fine et de plus long terme doit également être considérée. Cela passe d’abord par une meilleure compréhension des perceptions que les populations déplacées ont d’elles-mêmes et par  une analyse de leurs mécanismes de survie. Qui est le déplacé d’aujourd’hui au en RdC ? Il se déplace depuis maintenant plus de 20 ans, ayant ainsi développé un mode de vie quasi nomade. Il transcende les barrières entre milieu urbain (il habite souvent à la périphérie des villes et villages) et rural (où il continue avec beaucoup de difficultés à cultiver ses terre, faute de quoi, il ne peut nourrir sa famille), il cumule souvent plusieurs activités génératrices de revenus, un seul emploi ne suffisant pas à assurer la survie de son ménage.

RDC defis 2016 2

Soutenir les mécanismes vertueux

Notre défi est de prendre en considération toutes ces nouvelles habitudes de vies, afin de ne pas entraver de retour potentiel et de soutenir ces populations en utilisant les mécanismes vertueux qu’elles ont développés. L’objectif est surtout de ne pas aggraver les facteurs de fragilisation cités plus haut : développement d’un marché de la violence, sous-tendu par des causes ethniques, foncières et minières.

SOUTENEZ NOS EQUIPES

JE FAIS UN DON 

 

  • 70 millions d'habitants
  • 63,4% de taux de pauvreté
  • 178ème sur 187 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 955 330 personnes secourues