www.solidarites.org

Kasaï : une crise alimentaire sans fin

Publié le vendredi 14 juin 2019

Pillages, destructions, tueries… Les habitants de la région du Kasaï en République Démocratique du Congo ne peuvent oublier les actions commises par les milices armées. Deux ans après l’arrêt des affrontements, les répercussions, notamment alimentaires, sont encore visibles dans la région. À l’occasion de la Journée Mondiale contre la Faim du 15 juin 2019, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL met en lumière cette crise silencieuse. 

En fuyant les affrontements en 2017, plus d’un million d’habitants avaient dû abandonner leurs champs, leurs biens, les entraînant dans le cercle vicieux de l’insécurité alimentaire. Une crise exacerbant les fragilités des populations du Kasaï, dont l’isolement et le manque de développement étaient déjà présents avant les conflits.

 

Tout est prioritaire

À cette crise si violente, les équipes de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL avaient mis en place des distributions de cash permettant de répondre aux besoins essentiels et immédiats, dans tous les domaines.

Aujourd’hui, la population se rétablit petit à petit mais il y a toujours des maladies, les gens sont moins affamés mais manquent encore, et lorsqu’ils ne le seront plus ils pourront pleinement s’atteler à la reconstruction de leur maison. ”
Kinuabukasa Kashinji Kamusef, chef du village de Kaseka

Afin de contribuer à plus long terme au relèvement de ces populations, les équipes de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL proposent des activités de relance agricole. Marie Sana Ndala, déplacée à Tshiabaleja, se souvient : « SOLIDARITÉS INTERNATIONAL est arrivé peu de temps après notre réinstallation, ils nous ont montré qu’ils étaient là pour nous assister dans nos difficultés et nous ont dit que ceux qui sont d’accord pouvaient évoluer avec eux, et qu’ils étaient là pour les activités agricoles ».

  • 70 millions d'habitants
  • 63,4% de taux de pauvreté
  • 178ème sur 187 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 955 330 personnes secourues

champ femmes Kasai RD CongoRelance agricole

L’initiative agricole a rencontré des résistances dans les premiers temps car elle ne portait pas de fruits immédiats comme une activité rémunératrice comme le travail à la mine. Mais la persistance paie car les résultats sont très positifs, avec une amélioration de la situation nutritionnelle des populations. Benjamin Bukasakalala, 58 ans, a bénéficié de 6 formations techniques, ce qui était « très bienvenu et a permis une réelle amélioration de nos compétences. Avant je ne savais pas, et aujourd’hui je suis parvenu à savoir plus, ici j’apprends et je suis capable de travailler la terre. Je ne pensais pas un jour pouvoir accéder à ces formations qui coûtent trop cher. »

Renverser la spirale

La distribution de semences faite par SOLIDARITÉS INTERNATIONAL s’est même vue complétée par les nouveaux agriculteurs, qui formaient eux-mêmes des groupements pour rendre leurs actions plus efficaces.

Si demain le projet s’arrêtenous n’allons pas nous arrêter ou décourager, nous allons établir notre statut et notre règlement pour gérer notre organisation. Il n’y a pas moyen qu’on abandonne car nous avons maintenant beaucoup de sollicitations d’autres membres qui ont réalisé que le travail que nous sommes en train de rendre est très important. ”
Kalenji Tchibangu Sylvain, agriculteur

 

Les actions de relance agricole dans le Kasaï ont bénéficié du soutien des coopérations canadienne (Global Affairs Canada) et suisse
(Direction du développement et de la coopération).

 

SOUTENEZ NOS ACTIONS AU KASAÏ

JE FAIS UN DON

 

Photos : Thomas Gruel / SOLIDARITÉS INTERNATIONAL