www.solidarites.org

Fin d’Ebola en RDC : nos équipes restent vigilantes

Publié le jeudi 25 juin 2020

Le 25 juin 2020, la République démocratique du Congo a déclaré officiellement la fin de la dixième épidémie d’Ebola dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, dans l’Est du pays, où SOLIDARITÉS INTERNATIONAL intervient. Face aux risques de résurgence et à l’accumulation d’autres épidémies, nos équipes entendent rester extrêmement vigilantes.

 

Une première annonce des autorités avait été avortée en avril dernier suite à la détection de nouveaux cas. Après 60 jours sans aucun cas testé positif, le ministre de la santé congolais a annoncé le 25 juin 2020 la fin de l’épidémie d’Ebola à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, où SOLIDARITÉS INTERNATIONAL intervient depuis de nombreuses années.

Le ministre de la santé a néanmoins encouragé les populations à maintenir leur mécanisme communautaire d’alerte et de surveillance. ‘’La lutte doit être sans relâche’’, explique Justine Muzik Piquemal, notre responsable régionale RDC. ‘’Pour prévenir toute résurgence de l’épidémie, nos équipes entendent rester extrêmement vigilantes, notamment dans les zones reculées ou en conflit, où les populations les plus vulnérables n’ont pas accès à l’eau, à l’hygiène et à la santé. Les chiffres ont chuté après une très grosse flambée en octobre 2019. Il est possible que des cas en brousse soient restés sous les radars’’, précise-t-elle.

La RDC demeure en effet au cœur de plusieurs fronts épidémiques. Une onzième épidémie d’Ébola est en cours dans la province de l’Équateur. En parallèle, le pays fait toujours face à la plus grande épidémie de choléra de son histoire, avec 30 304 cas suspects et 514 décès en 2019 dans 23 des 26 provinces que compte le pays. Entre janvier et août 2019, plus de 145 000 personnes ont par ailleurs été infectées de la rougeole et 2 750 personnes en sont décédées. À cela s’ajoute désormais la propagation du Covid-19 (plus de 6 200 cas confirmés et 142 décès à l’heure où nous écrivons ces lignes).

‘’Ces virus distincts, qui ont des voies de transmissions différentes, des symptômes parfois similaires pendant quelques heures, ont des taux de létalité dangereusement élevés. Où qu’elles se trouvent, nos équipes, ont donc adapté leurs procédures pour se protéger elles-mêmes et protéger les populations auxquelles elles viennent en aide dans le domaine de l’accès à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement mais aussi dans celui de la sécurité alimentaire’’, souligne Justine Muzik Piquemal. Expertes dans le domaine de la lutte et du contrôle des épidémies, nos équipes interviennent notamment pour fournir de l’eau potable, des latrines et des douches aux populations les plus vulnérables ou encore les aider à gérer leurs déchets.

L’accumulation de ces fronts épidémiques en RDC est liée aux pratiques d’hygiène à risque et au manque d’approvisionnement en eau potable pour les personnes déplacées mais aussi à la défaillance et à la détérioration des services de base. Au total, 7 millions de Congolais vivent dans des conditions sanitaires très inférieures aux normes humanitaires.

  • 84 millions d'habitants
  • 72,5% de taux de pauvreté
  • 176ème sur 188 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 955 330 personnes secourues

MALGRÉ LA FIN D’ÉBOLA EN RDC, NOUS AVONS ENCORE BESOIN DE VOUS

> JE FAIS UN DON