www.solidarites.org

Nigeria : une nouvelle mission d’urgence

Publié le mardi 2 août 2016

Alors que le Nord du Nigeria se libère peu à peu du joug de Boko Haram, les besoins des populations restent, eux, bien présents. Après avoir constaté des besoins prégnants en eau, hygiène et assainissement ainsi qu’en sécurité alimentaire et en nutrition, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a décidé d’agir au Nigeria.

Dans la ville de Maiduguri, qui accueille plus de 1,5 million de déplacés fuyant les exactions de Boko Haram, les taux de malnutrition ont largement dépassé les seuils les plus critiques. Dans l’Etat de Borno, 250 000 enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition aiguë sévère et 50 000 d’entre eux sont en danger de mort, selon l’Unicef. En lien avec les structures de santé, Solidarités International va lutter contre la malnutrition, dont la moitié des cas est due à un environnement sanitaire insalubre.

Depuis 2009 et le début de l’insurrection de Boko Haram, quatre Etats du Nigeria ont principalement été touchés par les activités du groupe djihadiste, notamment celui de Borno, causant ainsi le déplacement de 2,2 millions de personnes. « Ces personnes déplacées subissaient déjà des problèmes chroniques, mais depuis le début du conflit, ces problèmes se sont grandement exacerbés, » constate Thierry Benlahsen, Responsable des Urgences de Solidarités International. « Le nombre de personnes dans le besoin se chiffre en millions, » précise-t-il.

Les déplacés, la cible principale de la mission de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL

Les missions exploratoires menées par SOLIDARITÉS INTERNATIONAL ont conduit à une conclusion sans appel : la quasi-totalité des infrastructures liées à l’eau ont été détruites dans l’Etat de Borno, et une grande partie de la population du nord du Nigeria souffre d’une malnutrition aiguë. « Seulement un quart des besoins en eau, hygiène et assainissement sont couverts, il n’y a plus d’infrastructures et très peu d’aide humanitaire, » explique Thierry Benlahsen.

2016 NIG Ouverture Thomas-Gruel 2

De l’eau potable pour lutter contre la malnutrition …

‘’Nos équipes vont non seulement équiper les centres de prise en charge d’un accès à l’eau et à l’assainissement, elles vont aussi réhabiliter les nombreux puits détruits et construire des toilettes dans des quartiers surpeuplés et vulnérables de Maiduguri, annonce Thierry Benlahsen. De plus, l’urgence est à une amélioration immédiate du nombre de repas auquel ont accès les familles vulnérables, à travers un soutien financier. Lors de l’identification des foyers les plus vulnérables SOLIDARITÉS INTERNATIONAL s’assurera de diriger les cas de malnutrition sévère vers les centres de nutrition gérés par les services de santé locaux, pour une prise en charge d’urgence. »

…et empêcher une épidémie de choléra dévastatrice

Dans cet Etat qui connait chaque année plusieurs flambées de choléra, plusieurs centaines de cas ont déjà été enregistrés. « Alors que l’accès aux soins est totalement insuffisant, multiplier les points d’eau potable est une urgence vitale. Si une épidémie devait s’ajouter à la malnutrition, cette situation déjà désastreuse pour ces millions de déplacés seraient une catastrophe mortelle pour nombre d’entre eux », complète Thierry Benlahsen. Nos équipes vont mettre en place une réponse au choléra complétée par des campagnes de promotion à l’hygiène pour éviter d’une part l’apparition du Choléra, mais aussi sa propagation si des cas sont tout de mêmes détectés.

2016 NIG Ouverture Monguno-tranchee Thomas-Gruel 2

Un contexte instable

La réhabilitation de puits doit s’effectuer d’autant plus rapidement que les points d’eau sont des endroits extrêmement sensibles, notamment autour des villes les plus au Nord du pays, comme Monguno. « Les personnes qui attendent leur tour plusieurs heures dans des files interminables constituent une cible de plus en plus visée par les attentats-suicide de Boko Haram. Notre action vise aussi à minimiser leur exposition, » ajoute Thierry Benlahsen.

Avec la présence de Boko Haram sur la zone, le contexte sécuritaire dans le nord du Nigeria reste tendu et les équipes de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL doivent prendre en compte ce contexte dans le montage de leurs activités. La réhabilitation d’urgence de certains puits, ainsi que la prise en charge des cas d’extrême malnutrition dans les jours à venir permettront d’abord de diminuer la souffrance des populations, mais surtout de limiter une aggravation des problèmes en cas d’évolution de la situation.

Photos : © Thomas Gruel / SOLIDARITÉS INTERNATIONAL

Pour agir maintenant faites un don

JE FAIS UN DON 

 

  • 178,5 millions d'habitants
  • 62,6% de taux de pauvreté
  • 152ème sur 187 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 99 209 personnes secourues