www.solidarites.org

Myanmar : des opportunités qui redonnent de l’espoir

Publié le mardi 13 septembre 2016

Au Myanmar, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL propose aux retournés et aux personnes déplacées de nouvelles opportunités professionnelles et durables, grâce aux distributions de liquidités et aux prêts. Des personnes ayant fui leurs villages et qui ont tout perdu témoignent de l’importance de ce soutien.

myanmar femmes

Permettre le renouveau d’un village

Les populations de Wa Wan dans l’Etat du Kachin ont fui leur village il y a des années et aujourd’hui, seules 80 familles sont revenues. Avant le conflit, les villageois faisaient pousser des légumes et du riz et élevaient du bétail. Aujourd’hui, la migration vers la Chine est plus importante qu’avant le conflit, et le village se retrouve dans un besoin urgent d’hommes jeunes capables de travailler dans les champs et de reconstruire le village. SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a sélectionné 7 personnes, membres d’un comité de gestion et leur a distribué 1,8 million de Khyat (1300 €).

Ces 7 personnes ont mis en place des prêts auprès de quelques villageois pour leur permettre de s’acheter des semences, des fertilisants et de payer la main d’œuvre d’ouvriers agricoles. « Ce qui a été prêté doit être remboursé dans les 6 mois, c’est comme ça que ça marche, » explique un villageois, membre du comité de gestion. « Nous avons débuté le projet en janvier 2016, avec la subvention de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL, et aujourd’hui nous avons récolté 2,2 millions de Khyats » (1600 €).

myanmar humanitaire

Une chaîne de solidarité

« Lors de la première vague, nous avons aidé 17 bénéficiaires, avec 100 000 Khyats chacun (73 €) », ajoute-t-il fièrement. Il y a un taux d’intérêt, et si les bénéficiaires du projet ne remboursent pas chaque mois, ils doivent payer une pénalité de 2000 Khyats (1,50 €). Le but du projet est de renforcer l’autonomisation des personnes en les sortant de la spirale de l’assistance. « Depuis le début de la seconde vague, qui vient tout juste de commencer, nous avons déjà aidé 30 personnes. Ici dans le village, nous apprécions vraiment ce système car il nous permet d’aider des gens à notre tour ».

Proposer des opportunités aux familles vivant dans les camps

Ma Hka Pri San vit à « Robert Camp », un camp de déplacés, et a elle aussi reçu un prêt. Elle avait été formée à la couture lors d’un ancien projet du PNUD, mais les activités ont été interrompues. Lorsque SOLIDARITÉS INTERNATIONAL lui a fait ce prêt, elle a utilisé cet argent pour reprendre ses activités de couture. Ma Hka Pri San a reçu 72 300 Khyats en octobre 2014 (53 €) et a utilisé cette somme pour acheter du textile mais aussi un petit cochon, dans le but de diversifier ses sources de revenu. « Aujourd’hui, les bénéfices que me rapporte la couture sont supérieurs à 400 000 Khyats (292 €). Ce revenu me permet de couvrir la totalité des frais de scolarité de mes 3 enfants, je peux acheter de la nourriture mais aussi les médicaments de mon fils qui a un problème aux poumons ».

myanmar femme enfant

« J’ai été formée à la comptabilité de base et à l’élevage de bétail aussi. C’est pourquoi j’ai acheté un porcelet. Après qu’il ait grandi, je l’ai revendu 3 fois le prix que je l’avais acheté, ce qui m’a permis de racheter 2 nouveaux porcelets. Aujourd’hui, je reporte assidument chaque dépense et chaque bénéfice dans un livre de comptes distribué par SOLIDARITÉS INTERNATIONAL. C’est comme ça que je gère correctement mes activités » explique Ma Hka Pri San. Au sein de son ménage, il n’y a que Ma Hka Pri San qui a reçu une subvention en cash. Son mari est charpentier et travaille à l’extérieur du camp au gré des opportunités, souvent irrégulières.

Elle souhaite allouer les bénéfices qu’elle gagne grâce à ses activités pour ouvrir une épicerie au sein du camp, pour permettre à son mari « d’avoir un revenu régulier en s’occupant du magasin mais surtout de lui permettre de travailler dans le camp, auprès de notre famille, » ajoute-t-elle avec détermination. Ces projets améliorent la vie des personnes déplacées en leur proposant des opportunités, un objectif, et en leur permettant d’avoir à nouveau des rêves, ce qui leur donne une « vie normale ».

Photos : © SOLIDARITÉS INTERNATIONAL

Soutenez nos équipes sur le terrain

JE FAIS UN DON 

 

Ce projet est financé par l’OFDA, l’agence américaine d’assistance aux catastrophes.

  • 51,4 millions d'habitants
  • 26% de taux de pauvreté
  • 150ème sur 187 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 279 381 personnes secourues