www.solidarites.org

Myanmar : Agir à nouveau, aider sans relâche

Publié le mardi 13 mai 2014

Le 26 mars dernier, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a été forcée d’évacuer une partie de son personnel de la province du Rakhine, sous la menace des violences qui ont visé les ONG. Nos équipes sont de nouveau sur place pour reprendre l’approvisionnement en eau potable de plusieurs camps de déplacés.

Malgré les nombreuses contraintes et les risques associés à la reprise des activités, nos équipes sont quasiment retournées au complet dans la capitale de l’Etat du Rakhine, Sittwe. « Nos collègues nationaux font preuve d’un énorme courage, tient à signaler Christophe Vavasseur, responsable de nos opérations en Asie. L’immense majorité d’entre eux ont repris le soutien aux activités ou bien sont disposés à le faire. Et ce malgré la cristallisation de longue date des tensions sur ces personnes qui collaborent avec les organisations humanitaires. Cela tient à la dynamique de solidarité envers les plus démunis que nos équipes successives ont su instaurer au fil de ces 18 derniers mois de présence au cœur d’une des plus alarmantes situations de détresse au monde.« constancedecorde myanmar

Tout en s’attachant à demeurer discrètes, les équipes de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL ont repris en main la gestion de l’approvisionnement en eau dans les camps de Pauk Taw et de Sittwe. « Nos collègues qui sont eux-mêmes déplacés peuvent maintenir les activités d’assainissement et de promotion de l’hygiène car leurs compétences dans ces secteurs et leur motivation à donner accès à ces services de base n’a pas disparu avec le départ forcé des acteurs humanitaires.« 

Malheureusement, il faut faire encore beaucoup. Tous les acteurs sont loin de pouvoir se redéployer comme auparavant. « L’absence d’acteurs internationaux suffisamment nombreux fait craindre le pire en termes de couverture des besoins humanitaires, voire d’exactions et d’impunité. Tous les signes vont dans le sens d’une aggravation de la situation pour les personnes vivants dans les camps et les villages reculés. » Face à un sentiment d’impuissance, l’indignation morale et la révolte par l’action doivent demeurer les fondements de l’action humanitaire. Nos équipes s’y attèlent sans relâche.

  • 51,4 millions d'habitants
  • 26% de taux de pauvreté
  • 150ème sur 187 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 279 381 personnes secourues