www.solidarites.org

Liban : expulsés, des milliers de réfugiés ont besoin d’aide

Publié le lundi 20 juillet 2015

En raison de nouvelles règlementations stipulant que les camps de réfugiés doivent respecter une distance de 700 mètres minimum des routes principales, 675 familles de réfugiés syriens sont actuellement expulsées de plus de 23 campements informels dans plusieurs districts du gouvernorat d’Akkar dans le nord du Liban. Nos équipes suivent de près la situation afin de porter secours à ces populations.

 

« Selon les nouvelles règlementations, les emplacements doivent maintenir une distance de 700 mètres minimum des routes principales. Il s’agit d’une mesure sans précédent qui risque de déstabiliser la communauté de réfugiés » avertit le chef de la sous-délégation du HCR d’Akkar. « Si cette mesure venait à s’appliquer dans la totalité du gouvernorat, le nombre de réfugiés forcés de se déplacer risque d’être multiplié par deux. »

SOLIDARITÉS INTERNATIONAL n’est présente dans la plupart des camps de réfugiés que depuis mars 2015. Ainsi, les installations relatives à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement n’ont servi que quelques mois.  « Les réfugiés ont réagi immédiatement : de nombreuses familles rassemblent déjà leurs modestes biens. Alors que les résidents démantèlent leurs tentes, les nouveaux blocs de latrines et les réservoirs d’eau paraissent bien solitaires, » explique Cyril Blin, Chef de mission pour SOLIDARITÉS INTERNATIONAL au Liban.

Au sein des nombreux sites évacués on ne trouve désormais que des restes de la vie quotidienne des réfugiés, preuve d’un départ à la hâte. « La plupart des réfugiés choisissent de vivre dans des campements informels car c’est l’option la moins coûteuse. Les conditions de vie sont dures : ils ont à peine de quoi se protéger contre le vent, la pluie et le soleil. Le peu d’aménagement au sein des abris qu’ont réussi à construire les familles (planchers en béton, points de lavage…) seront perdus, » poursuit Cyril Blin. Ils sont également conscients du fait qu’il soit peu probable que les nouveaux campements soient équipés de points d’eau ou de services sanitaires, car les organisations humanitaires ne sont pas encore présentes sur place.

Liban-rfugis-expulss-corps-texte

SOLIDARITÉS INTERNATIONAL est prête à apporter son aide

« Malgré les difficultés, un esprit de solidarité s’élève au sein des réfugiés et leur redonne du courage, » observe Leland Montell, notre Coordinateur Terrain au Liban. « La plupart sont déterminés à déménager en famille ou en communauté, préférant ce type de difficultés à la perspective de retourner à la frontière, dans leur pays d’origine déchiré par la guerre. Bien que la fatigue et la frustration soient évidentes, ils expriment la volonté de reconstruire leurs abris de fortune et de reprendre leur vie quotidienne, aussi difficile qu’elle soit. Les équipes de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL présentes sur le terrain sont prêtes à répondre aux besoins en termes d’eau et d’hygiène et à fournir des abris dès que les nouveaux campements seront installés. »

Selon l’agence inter-organisationnelle d’évaluation de la vulnérabilité (Source : VASyR 2015), 80% des réfugiés d’Akkar vivent sous le seuil de pauvreté libanais (d’un montant de 3,84 US$ par jour). Alors que la crise syrienne en est à sa cinquième année, l’aide humanitaire est plus que jamais nécessaire.

Soutenez nos actions

JE FAIS UN DON 

  • 5,5 millions d'habitants
  • 28,6% de taux de pauvreté
  • 72ème sur 187 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 75 000 personnes secourues