www.solidarites.org

L’aide monétaire au Liban : un moyen efficace d’aider

Publié le mardi 21 juillet 2015

Alors que le Liban compte désormais plus d’un million de réfugiés syriens, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL présente dans le pays depuis 2013, vient en aide à plus de 19 000 réfugiés syriens dans la région de Tripoli dans le nord du pays. Depuis plusieurs mois, elle a mis en place un programme innovant : le transfert monétaire par carte bancaire.

Aider plus loin, telle est la devise de nos équipes à travers le monde que ce soit au Myanmar, en Haïti ou au Liban. Dans ce pays, elle prend tout son sens. Au-delà de l’aide mise en place pour l’accès à l’eau et à la construction d’abris dans les campements informels ou l’aide à  la réhabilitation des abris collectif, nos équipes au Liban ont développé un programme de distribution monétaire. Si la méthode est connue, ici, au Liban, où les banques ne manquent pas, elle s’avère très innovante : pas d’échange de billets de banque, seule une carte et un compte bancaire suffisent.

Corps-article-07.2015-Pauline-Gregoire-Minieh-Distribution-cash-3

Une action ciblée, une distribution préparée

Les ménages ciblés par cette aide sont déterminés en amont par les équipes de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL et à l’aide d’un formulaire d’évaluation commun crée par toutes les ONG travaillant au Liban sous l’égide du LCC (voir encadré).  « Seuls les plus démunis bénéficient de ce programme. 19 000 personnes ont été choisies en fonction  du nombre de personnes dans le ménage, des besoins spécifiques (éducation, handicap, âge), des revenus, du logement…. », explique Meziane Selmi, coordinateur du programme qui souligne l’importance d’une distribution bien préparée. « Depuis que nous faisons partie du LCC, les distributions se font sur des sites précis et nous sommes plus efficaces : avec le porte à porte nous n’atteignions que 90 personnes par jour, contre 200 ou 300 aujourd’hui ».

Former pour mieux aider

« Généralement, tout le monde est très content de recevoir sa carte, mais un grand nombre de bénéficiaires nous interrogent sur la durée de l’assistance et aimeraient recevoir un peu plus d’aide », remarque Ghinwa Haidar. Ainsi, nos équipes organisent également des sessions de formation sur l’utilisation de la carte et des distributeurs bancaires ainsi que sur le programme en lui-même. Depuis le 30 juin, quatre distributions ont eu lieu dans les districts de Minieh-Denniyeh et Zgharta et ont touché 490 ménages (309 de plus seront assistés au mois d’août, pour un total de 801).

Corps-article-07.2015-Pauline-Gregoire--Dinniyeh--training-distribution-cash-2

Stimuler les marchés locaux

A l’aide de leur compte et de leur carte bancaire, les bénéficiaires peuvent directement décider de l’usage de l’argent, un moyen efficace de leur permettre de subvenir à leurs besoins de manière autonome tout en stimulant les marchés locaux. Le gros avantage de ce programme est que « l’aide n’est pas limitée : les bénéficiaires, ciblés en amont, peuvent utiliser l’argent pour payer leur loyer. Chose impossible avec une distribution classique de nourriture ou de biens non alimentaires. » conclut Ghinwa Haidar, chef de projet adjointe.

Un consortium innovant garant d’une coordination pertinente

Le Lebanon Cash Consortium (LCC), crée en 2014 et premier en son genre au Liban, est un regroupement de 6 ONG  (SOLIDARITÉS INTERNATIONAL, ACTED, CARE, Save the Children, World Vision et IRC) travaillant ensemble pour aider les réfugiés syriens les plus vulnérables à subvenir à leurs besoins vitaux tout en préservant leur dignité. L’objectif du LCC est d’harmoniser et de renforcer les pratiques de transfert monétaire au Liban et d’améliorer la coordination entre les organisations afin que l’impact sur le terrain soit le plus important possible.


Soutenez nos actions

 JE FAIS UN DON 

 

  • 5,5 millions d'habitants
  • 28,6% de taux de pauvreté
  • 72ème sur 187 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 75 000 personnes secourues