www.solidarites.org

Covid-19 – Liban : la crise sanitaire aggravée par une économie déjà sous pression

Publié le lundi 27 avril 2020

TÉMOIGNAGE – Dans un contexte économique déjà extrêmement fragile depuis plusieurs mois, la crise sanitaire liée au Covid-19 pourrait avoir des répercussions dramatiques au Liban.

Mathieu Nabot, directeur pays au Liban pour SOLIDARITÉS INTERNATIONAL, témoigne des impacts potentiels de la crise du Covid-19 sur les populations vulnérables du territoire, dont un nombre important de réfugiés syriens.

 

« A ce jour, le nombre de personnes affectées par le Covid-19 au Liban est encore limité (ndlr : 658 cas recensés environ au 15/04/2020), et aucun cas n’a officiellement été enregistré dans les sites informels où vivent les réfugies syriens. L’impact de l’épidémie sur les activités de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL au Liban est donc encore relativement limité pour le moment.

Compte tenu de la configuration de la plupart des sites informels où vivent les réfugiés syriens (petits espaces), de la promiscuité, du nombre d’enfants qui y vivent et de la difficulté de faire respecter les distances entre les personnes, il est probable que des cas viennent à se déclarer. La propagation pourrait alors être très rapide.  La coordination de la communauté internationale, ainsi que celle de la communauté internationale avec le gouvernement et autorités libanaises, seront clés.

 

L'économie face à la crise du Covid-19

  • 5,5 millions d'habitants
  • 28,6% de taux de pauvreté
  • 72ème sur 187 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 75 000 personnes secourues

Nos équipes au Liban sont impressionnantes d’engagement et de volonté. Au moment du déclenchement de la crise, nous n’avons pas mis longtemps à trouver les volontaires pour continuer à aller sur le terrain et procéder aux distributions de matériel nécessaire et séances de sensibilisation sur les mesures d’hygiène. Nous avons pu immédiatement constituer près de 35 équipes (de 2 personnes) pour assurer ces opérations en un minimum de temps. L’essentiel de nos sites est aujourd’hui servi.

 

Certaines activités non-essentielles ont certes été suspendues, comme les activités de réhabilitation d’abris par exemple. Mais les activités essentielles sont maintenues et ont dû être adaptées à la crise : augmentation de l’approvisionnement en eau potable (passant de 40 litres à 60 litres d’eau par jour et par personne afin de permettre aux habitants de pratiquer les mesures de lavages des mains préconisées), vidanges des latrines, distributions de savons, séances in situ de sensibilisation à l’hygiène et aux mesures de protection renforcées par l’envoi de messages et vidéos d’information par WhatsApp, …

SOLIDARITÉS INTERNATIONAL au Liban se prépare également à déployer un système de plateforme téléphonique sur laquelle les réfugiés syriens trouveront toutes les informations essentielles sur l’épidémie de Covid-19 (symptômes, mesures de protection, mesures à prendre en cas de suspicion de cas ou de cas avéré, etc…). Grâce au soutien de ses partenaires financiers réguliers, des kits de protection et de désinfection sont prêts à être distribués aux foyers touchés par le virus dans les sites informels.

L'impact du Covid-19 sur l'économie libanaise

« L’une des questions majeures qui se posent est celle de savoir comment les cas de Covid-19 pourront être détectés dans les sites informels et pris en charge rapidement afin d’éviter la propagation à l’ensemble de la population du site. »

Nous adressons actuellement un plaidoyer pour que les mesures de prévention soient renforcées et qu’un maximum d’opérations (notamment la préparation des lieux d’isolation dans ou en dehors des sites informels) soient engagées en phase de prévention, avant que les premiers cas ne soient déclarés. L’une des questions majeures qui se posent actuellement est de savoir si les réfugiés syriens auront un accès libre aux structures de santé à même de les traiter s’ils sont malades.

De même, la fermeture des banques et le manque général de liquidités dans le pays (liés à la crise économique antérieure à la crise sanitaire du Covid-19), pourraient entraîner un retrait de nos fournisseurs et provoquer l’arrêt des activités de fournitures d’eau et de services d’assainissement, toutes réalisées par des prestataires de services externes et absolument essentielles au maintien de conditions dignes de vie pour les réfugiés syriens et à l’endiguement de la propagation du virus.

 « La crise économique antérieure, couplée à la crise sanitaire actuelle, pourraient entraîner un retrait des fournisseurs de services et provoquer l’arrêt des activités de fournitures d’eau et de services d’assainissement dans les sites informels où vivent les réfugiés syriens. »

Les personnes vivant dans les sites sont certes inquiètes, mais ne cèdent pas à la panique. La crise sanitaire accroît encore pour elles les effets de la crise économique antérieure. Les difficultés majeures pour elles aujourd’hui sont de se procurer à manger (les restrictions de mouvements et la fermeture de nombreux commerces rendent ces opérations difficiles), de payer leur loyer, leur frais médicaux, …

Nous demeurons également très attentifs au climat général et à l’évolution des relations entre les communautés libanaises et réfugiés. Les tensions, déjà existantes à cause de la crise économique, pourraient s’exacerber davantage et déboucher sur des incidents de sécurité. »

SOUTENEZ NOTRE ACTION AUPRÈS DES RÉFUGIÉS

> JE FAIS UN DON