Haïti – Ouragan Matthew : "Je suis obligée d’acheter de l’eau qui n’est même pas potable"

Publié lemardi 11 octobre 2016

En Haïti, une semaine jour pour jour après le passage de l’ouragan Matthew, les victimes, de plus en plus affectées, peinent à trouver les moyens de survivre, à l’image de Jacqueline et de ses deux enfants dont la maison à été totalement détruite. 

Dans la chaleur du soir, dans les sous bois des environs de Miragoane dans la région des Nippes où SOLIDARITÉS INTERNATIONAL intervient auprès des victimes de l’ouragan Matthew, certaines personnes commencent à perdre espoir. Les puits sont inondés, les sources d’eau sont inaccessibles ou ne donnent plus d’eau, les champs sont dévastés et les cultures détruites. Privées de tout, dépossédées de leur maison qui se sont effondrées pendant l’ouragan, nombreux sont ceux qui n’ont plus rien pour survivre.

Haiti-Jacqueline
© Tugdual de Dieuleveult / SOLIDARITÉS INTERNATIONAL

Les habitants attendent l’aide qui s’organise dans des conditions très difficiles tellement l’accès aux zones sinistrées est complexe.

Lors des évaluations effectuées par nos équipes, nous avons rencontré Jacqueline qui s’est confiée sur le calvaire et l’horreur qu’elle a vécu et qu’elle continue de vivre depuis une semaine après le passage de l’ouragan.

« Je ne sais pas comment je vais faire pour m’en sortir »

« Je m’appelle Jacqueline et j’ai 52 ans. A cause du cyclone, j’ai tout perdu. Pendant la tempête, j’ai eu très peur. Les tôles volaient dans tous les sens et le toit de ma maison a fini par s’envoler. À cause de la pluie qui tombait, ma maison a été très vite inondée. Nous étions effrayés moi et mes enfants mais nous avons dû partir sous la pluie pour trouver refuge dans une école. Mais, là encore, le sort s’est acharné. L’école s’est effondrée elle aussi. Nous avons donc dû fuir vers un autre abri. Aujourd’hui, je n’ai vraiment plus rien. Ni à manger, ni à boire.

Mes voisins m’aident un peu à acheter de l’eau au kiosque qui n’est pas loin. Mais l’eau n’est pas traitée. Elle n’est pas bonne et j’ai peur de tomber malade.
Avant, j’allais à la source mais déjà à cause du tremblement de terre, la source donnait moins d’eau. Aujourd’hui à cause de l’ouragan, il n’y a plus une goutte.
Je suis fatiguée et malade et j’ai peur de ce qui va arriver demain. Je ne sais pas comment je vais faire pour m’en sortir « .

Soutenez les populations sinistrées par l’ouragan Matthew

 

JE FAIS UN DON

  • 10,5 millions d'habitants
  • 58,6% de taux de pauvreté
  • 168ème sur 187 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 530 077 personnes secourues

S'informer c'est déjà aider plus loin

Les champs marqués d’un astérisque * sont obligatoires.