www.solidarites.org

Je suis Rohingya (2/5)

Publié le lundi 15 janvier 2018

Ils s’appellent Abo Taher, Rahena ou encore Shamil. Ils appartiennent à la minorité des Rohingyas et font partie des 650.000 personnes qui ont dû fuir la Birmanie pour sauver leur vie. Aujourd’hui, ils vivent entassés dans des camps dans le sud du Bangladesh, dans des conditions plus que précaires. Nos équipes ont recueilli leurs témoignages.

BITHI, 10 ans – Camp de NAYAPARA, BangladESH

Je m’appelle Bithi. J’ai 10 ans. Avec ma copine Farbin Akta (au second plan) on habitait le même village. Mais on a dû partir car on a été chassées. Mon papa qui était fermier a été tué et tout le village a brûlé.
Je suis contente ici car je vais à l’école alors qu’avant je n’y allais pas. J’adore l’école et j’adore apprendre des choses. Plus tard, je voudrais être docteur pour soigner les gens.
Quand il n’y a pas école, avec ma copine, on joue à la corde à sauter. Il n’y a pas beaucoup de choses à faire ici. Mais on s’amuse bien quand même avec Farbin Akta.
J’aimerais bien revenir dans mon village mais je ne sais pas quand est-ce qu’on pourra revenir chez nous.”
rohingya fille

Depuis le début de cette crise, nos équipes œuvrent sans relâche pour soulager leur souffrance. Dans les camps, elles distribuent des kits d’articles essentiels, des kits abris, fournissent de l’eau potable et construisent des latrines.

Soutenez notre action auprÈS DES ROHINGYAS

JE FAIS UN DON

  • 156,6 millions d'habitants
  • 31,5% de taux de pauvreté
  • 142ème sur 187 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 491 818 personnes secourues

LES AUTRES TÉMOIGNAGES

témoigange famille rohingya
enfant rohingya
femme rohingya bébé
rohingya temoignage ONG