www.solidarites.org

Je suis Rohingya (1/5)

Publié le jeudi 11 janvier 2018

Ils s’appellent Abo Taher, Rahena ou encore Bithi. Ils appartiennent à la minorité des Rohingyas et font partie des 650.000 personnes qui ont dû fuir la Birmanie pour sauver leur vie. Aujourd’hui, ils vivent entassés dans des camps dans le sud du Bangladesh, dans des conditions plus que précaires. Nos équipes ont recueilli leurs témoignages.

Abo Taher, 58 ans – Camp de Domdomia, Bangladesh

« Je suis venu avec toute ma famille au Bangladesh. Nous sommes arrivés le 26 octobre dernier. Notre village en Birmanie se situait tout près de la frontière. Pour ne pas prendre de risque, nous avons fui de nuit après qu’il y a eu des tirs et que beaucoup de personnes ont été tuées. C’était la panique générale. Tout le monde avait peur. Les enfants pleuraient. J’ai perdu presque tous mes voisins. Heureusement, ma famille et moi avons réussi à y échapper et nous sommes partis nous cacher dans la forêt. Quelques jours plus tard nous sommes revenus au village mais celui-ci avait été complétement détruit. Toutes les maisons avaient été brulées. Nous avons tout perdu. Je n’ai plus rien.
Rohingyas Bangladesh

Ma famille est repartie se cacher dans la forêt. Moi, je suis parti trouver un bateau pour traverser la rivière et suis venu rechercher ma famille. Le passage m’a coûté très cher et aujourd’hui je n’ai pas les moyens de rembourser le passeur. Je suis vieux. Je ne peux pas travailler et je ne sais pas comment je vais faire pour trouver l’argent nécessaire.

Ici, au Bangladesh nous avons reçu de l’aide. Les Bangladais sont très généreux avec nous et nous les remercions. Malheureusement, parfois nous manquons de nourriture. Nous sommes obligés de partager ce que nous recevons.

Moi, je suis Birman même si les autorités disent le contraire et j’aimerais revenir chez moi même si les Bangladais nous ont bien accueilli. Mais aujourd’hui il y a encore des gens qui se font tuer. Je crois que ça va prendre du temps pour que les choses aillent mieux et qu’on puisse revenir. »

Depuis le début de cette crise, nos équipes œuvrent sans relâche pour soulager leur souffrance. Dans les camps, elles distribuent des kits d’articles essentiels, des kits abris, fournissent de l’eau potable et construisent des latrines.

Soutenez notre action auprÈS DES ROHINGYAS

JE FAIS UN DON

  • 156,6 millions d'habitants
  • 31,5% de taux de pauvreté
  • 142ème sur 187 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 491 818 personnes secourues

LES AUTRES TÉMOIGNAGES

témoignage Rohingya
enfant rohingya
femme rohingya bébé
rohingya temoignage ONG