www.solidarites.org

Droit à l’eau : offrir un porte-voix aux habitants des bidonvilles de Dacca

Publié le mardi 13 mars 2018

Dans les bidonvilles surpeuplés et insalubres de la capitale bangladeshie, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a décidé d’améliorer durablement l’accès à l’eau et à l’assainissement en soutenant les populations dans la revendication et l’exercice de leur droit à l’eau. Focus sur le projet pilote de l’association dans le bidonville de Chalantika.

Avec CRISTINA THEVENOT, Responsable des opérations de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL en Asie

Le Bangladesh connaît une urbanisation rapide, avec des populations qui migrent vers les villes pour échapper à la pauvreté rurale et aux catastrophes naturelles. Entre 300 000 et 400 000 personnes arrivent chaque année à Dacca. 30 % d’entre-elles s’installent dans un des 5 000 bidonvilles que compte la cité. À mesure que la distance avec le quartier central des affaires et les routes principales augmente, le manque d’accès à l’eau ou à l’électricité s’accroit également.

Insalubrité des canalisations, pollution, infrastructures inexistantes ou laissées à l’abandon, la qualité de l’eau utilisée et consommée par les foyers des bidonvilles reste mauvaise. Résultat, 97 % des habitants de Chalantika indiquent avoir des difficultés d’accès à l’eau potable.

Face à ce constat, les habitants des bidonvilles ont commencé à se regrouper en associations communautaires pour revendiquer et exercer leur droit à l’accès à une eau de qualité et à l’assainissement. Ils manquent néanmoins de soutien, de connaissances techniques et de capacités. Du côté des institutions publiques, les autorités locales manquent de capacités et de ressources pour améliorer et élargir la couverture en services en base vers ces zones souvent insalubres.

“ CES POPULATIONS NE PEUVENT PAS, SEULES, SE FAIRE ENTENDRE PAR LES GOUVERNEMENTS QUI LES DIRIGENT. ”

 

Il faut offrir un porte-voix à ces invisibles, les soutenir pour leur donner les moyens de revendiquer et d’exercer leur droit, en lien avec les autorités locales explique Cristina Thévenot, responsable géographique chez SOLIDARITÉS INTERNATIONAL. “Les habitants des bidonvilles de Dacca sont marginalisés. L’accès à l’eau potable a été reconnu comme un droit universel par les Nations Unies en 2010. Or, à Dacca comme ailleurs, il est difficile pour les populations de l’exercer.

Certes, les moyens financiers peuvent parfois manquer aux États les moins avancés dans la mise en œuvre des infrastructures nécessaires pour la fourniture de ce service essentiel. Mais il faut soutenir la levée des barrières, l’autonomisation, la responsabilisation, le renforcement des capacités, la coordination entre les associations communautaires et les autorités locales. Ces populations ne peuvent pas, seules, se faire entendre par les gouvernements qui les dirigent. Il est extrêmement pertinent qu’une ONG comme SOLIDARITÉS INTERNATIONAL s’inscrive dans cette dynamique et apporte ses outils, son poids, son savoir-faire pour accompagner les populations dans leur revendication légitime.

RENFORCER LA CAPACITÉ DE LA SOCIÉTÉ CIVILE À PLAIDER ET À AGIR POUR L’ACCÈS AUX DROITS FONDAMENTAUX

 

Jusqu’à présent, les nombreux projets dans ces domaines portés par des ONG n’ont pas suffisamment impliqué et fait le lien entre les habitants des bidonvilles et les autorités locales. Or, la participation et la coopération entre toutes les parties prenantes sont cruciales pour l’efficacité et la durabilité des projets.

Afin de renforcer son action dans les bidonvilles de Dacca, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a décidé d’étendre son intervention à 10 autres bidonvilles, en partenariat avec le Centre d’Intégration des Ressources (RIC) avec un projet sur 3 ans et demi, financé par EuropAid et la Fondation Agir.

Ce projet se concentrera sur le renforcement de la capacité des organisations de la société civile (OSC) à plaider et à agir pour l’accès aux droits fondamentaux et aux services de base en matière d’Eau, d’hygiène et d’Assainissement et de gestion des déchets, et à participer à la gouvernance locale par le biais de la collaboration avec les autorités locales et l’établissement de liens formels solides entre elles.

SOUTENEZ NOTRE ACTION AU Bangladesh

JE FAIS UN DON

© SOLIDARITÉS INTERNATIONAL

  • 156,6 millions d'habitants
  • 31,5% de taux de pauvreté
  • 142ème sur 187 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 491 818 personnes secourues