www.solidarites.org

Covid-19 et cyclone : le Bangladesh au cœur des inquiétudes

Publié le mercredi 20 mai 2020

Alors que le Bangladesh est touché depuis plusieurs semaines par la pandémie du Covid-19, l’arrivée imminente d’un puissant cyclone fait craindre une détérioration de la situation pour les populations les plus vulnérables.

Nos équipes sur le terrain le redoutaient depuis plusieurs mois. Quatre premiers cas confirmés de Covid-19 ont été détectés la semaine dernière dans le camp de réfugiés Rohingyas d’Ukhia au Bangladesh. Ils ont été envoyés dans un centre d’isolement géré par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Par mesure de précaution, environ 5 000 réfugiés Rohingyas vivant dans ce camp ont également été placés en confinement depuis le 15 mai dernier.

L’impact d’une propagation rapide du virus dans les camps de réfugiés Rohingyas du Bangladesh, où vivent près d’un million de personnes dans des conditions d’extrême précarité, serait catastrophique. Pour anticiper cette menace, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a prépositionné depuis plusieurs semaines des stocks d’urgence dans les camps de Teknaf où elle intervient, pour assurer la continuité de ses activités de fourniture d’eau potable et de désinfection quotidienne des infrastructures sanitaires afin de prévenir l’épidémie. Pour limiter les risques de propagation du virus, nos équipes ont également mis en place des mesures de distanciation physique aux points de distribution d’eau et réalisent des activités de sensibilisation et de promotion à l’hygiène sur les bonnes pratiques de lavage de mains.

En parallèle, notre équipe sur place coordonne et mène des opérations, incluant la désinfection des infrastructures sanitaires et des lieux publics, auprès des communautés d’accueil de Teknaf, où des cas suspects sont signalés par les autorités sanitaires.

À l’heure où nous écrivons ces lignes, selon les chiffres officiels, 370 morts du Covid-19 et plus de 25 000 cas confirmés ont été enregistrés au Bangladesh (dont 199 cas dans le district de Cox’s Bazar). L’infection s’est propagée de manière exponentielle ces cinq dernières semaines, notamment à Dacca, la capitale du pays, où le nombre de cas a été multiplié par 30 dans les zones les plus densément peuplées et vulnérables comme les bidonvilles.

Depuis le 26 mars, le gouvernement bangladais a instauré un confinement national. Le relâchement du confinement et les mouvements de populations liés à la fête de l’Aïd prévue ce week-end font craindre une aggravation de l’épidémie.

À cela s’ajoute l’ouverture de la saison des cyclones qui menace chaque année les populations bangladaises. Le premier d’entre eux, baptisé ‘’Amphan’’, progresse actuellement dans le golfe du Bengale, au large de l’Inde, et pourrait toucher les côtes du Bangladesh ce mercredi 20 mai. Selon les experts, il pourrait être le plus puissant à frapper la région depuis le cyclone Sidr, qui avait tué plus de 3 000 personnes en 2007.

Le Needs Assessment Working Group (NAWG) au Bangladesh, un groupe de travail composé d’agences humanitaires gouvernementales et non gouvernementales, estime que jusqu’à 14,2 millions de personnes pourraient être impactées au total sur les zones côtières du pays, avec environ 1,4 million de déplacés et 600 000 maisons endommagées.

Le cyclone menace notamment le district de Sakthira, où SOLIDARITÉS INTERNATIONAL intervient depuis 2010 et accompagne ces dernières années de petits exploitants agricoles réunis en organisations afin de les aider à renforcer leur gouvernance. Dans ce district, selon les prévisions, les vents pourraient atteindre jusqu’à 150 à 170 kilomètres/heure. En cas de dégâts importants, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL envisage une réponse d’urgence et potentiellement l’envoi de renforts depuis ses bases de Teknaf ou Dacca.

À l’approche du cyclone, le Bangladesh a annoncé l’évacuation de 2 millions de personnes de ses zones côtières. Or le déplacement de ces populations et leur rassemblement dans de nouvelles zones ou abris temporaires pourraient également constituer des facteurs de risque dans le contexte de l’épidémie de Covid-19. Il faudra en effet s’assurer que les déplacés puissent maintenir une distanciation physique entre eux et ainsi continuer à se protéger contre le virus.

 

SOUTENEZ NOTRE ACTION SUR LE TERRAIN

> JE FAIS UN DON

Photo : Courtesy: CSO Associations groups

  • 173,5 millions d'habitants
  • 21,8% de taux de pauvreté
  • 135ème sur 189 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 290 901 personnes secourues