www.solidarites.org

Niger : tout perdre à cause des inondations

Publié le jeudi 19 novembre 2020

Rencontre : Aissa Hima, habitante du site hippodrome ; site temporaire de relocalisation des sinistrés des inondations de Niamey

Suite aux inondations au Niger en septembre dernier, des milliers de familles ont été déplacées dans des sites d’hébergement temporaires.

« Un matin, en voyant les eaux arriver, nous sommes sortis de la maison, elle s’est écroulée derrière nous », raconte Aissa Hima soixante ans. Cette mère de famille a vécu pendant 40 ans près du fleuve Niger avec son mari et ses 10 enfants, avant les inondations qui ont tout ravagé, en septembre dernier. Depuis le 21 octobre, elle habite sur le site d’hébergement provisoire de l’Hippodrome, où SOLIDARITÉS INTERNATIONAL agit pour améliorer l’accès à l’eau, à l’assainissement et l’hygiène.

Au Niger, malgré des perspectives de développement et une amélioration du niveau de vie des populations ces dernières décennies, la situation humanitaire est alarmante et ne cesse de se dégrader, notamment dans les zones rurales. Si l’économie nigérienne est de plus en plus performantes, ce sont plus de 45% des Nigériens qui vivent en dessous du seuil de pauvreté. A des difficultés structurelles, s’ajoutent les désastres naturels liés au changement climatique. Le pays est régulièrement frappé par des épisodes d’inondation.

En septembre 2020, comme elle, 17 528 familles, vivant à Niamey près du fleuve Niger, ont été touchées par une violente inondation, détruisant sur son passage maisons, rizières et les contraignant au départ.

Après l’inondation, « le gouvernement nous a demandé de nous rendre dans des écoles », explique Aissa Hima. « Nous étions 3 000 familles dans une école. Les latrines fonctionnaient mal, il y avait des moustiques. Je suis tombée malade. Nous y sommes restés deux mois. À la rentrée des classes, le 15 octobre, nous avons alors été déplacés sur le site de l’Hippodrome. C’est avec soulagement que nous sommes partis pour le site », confie-t-elle.

Les équipes de SOLIDARITÉS INTERNAITONAL ont accompagné les déplacés en leur assurant un accès à l’eau dans des conditions sanitaires décentes. « En arrivant sur le site de l’Hippodrome, nous avons trouvé un abri pour chaque ménage, des latrines construites par la Croix Rouge nigérienne et de l’eau amenée par SOLIDARITÉS INTERNATIONAL », raconte Aissa Hima.

  • 22,44 millions d'habitants
  • 45,41 % de taux de pauvreté
  • 189ème sur 189 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 9 050 personnes secourues
camp niger

Des produits de première nécessité (du riz, des pâtes, de l’huile, un seau, un bidon et trois moustiquaires) ont aussi été distribués aux familles. « Cela nous a beaucoup aidés car nous n’avions rien », souligne-t–elle.

Aux crises liées à la désertification, au changement climatique et à l’appauvrissement de l’environnement se rajoutent celles liées à l’instabilité régionale, avec, entre autres, l’afflux de réfugiés maliens depuis 2012. SOLIDARITÉS INTERNATIONAL est présente pour améliorer les services en eau, assainissement et hygiène (EAH) et soutenir spécifiquement la réponse ‘’santé et nutrition’’ en cours au sein de centres de santé. Nos équipes prévoient notamment de réhabiliter des latrines et fournir des dispositifs de lavage des mains, de distribuer des kits d’hygiène pour accompagner le traitement des enfants sévèrement malnutris ou encore de former des hygiénistes et personnels de santé à la maintenance des infrastructures EAH.

La première réponse à la souffrance humaine est la solidarité.

SOUTENEZ NOS ACTIONS AU NIGER

> JE FAIS UN DON