www.solidarites.org

Irak : les voix de Mossoul

Publié le jeudi 6 décembre 2018

Depuis la chute de l’Organisation État Islamique en juillet 2017, les familles et les services de Mossoul ont consacré leur énergie à la reconstruction de la ville. Cependant les cicatrices de ces trois ans d’occupation subsistent, alors que l’Irak est progressivement oublié du monde extérieur. Depuis janvier 2017, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL est présent autour et au cœur de cette ville dévastée.

Bashir a vécu dans sa maison à Mossoul pendant quatorze ans, refusant de la quitter durant les trois années d’occupation de l’Organisation État Islamique. Toutefois, la guerre a tout de même eu un impact sur sa famille. En 2017, alors que la ligne de front avançait dans la ville, Bashir s’est enfui avec sa famille. Il est revenu quelques mois plus tard pour trouver sa maison pillée.

Quand on lui a demandé ce dont il avait le plus besoin, Bashir a pensé immédiatement à son fils. Tahar, 6 ans, a été profondément traumatisé par le conflit. Incapable d’aller à l’école, il a déjà perdu trois années d’éducation durant l’occupation. Ses parents ont refusé qu’il aille à l’école gérée par l’Organisation État Islamique. Bashir est reconnaissant de l’aide qu’il a déjà reçu. SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a réparé le réseau d’eau public de son voisinage et l’a connecté à sa maison, tout en lui fournissant un réservoir et les services d’un plombier.

  • 38 millions d'habitants
  • 18,9 % de taux de pauvreté
  • 121ème sur 187 pays pour l'Indice de Développement Humain
  • 50 000 personnes secourues

Rama fait plus que ses 57 ans. Elle habite à Mossoul Ouest, avec son fils, son épouse et leurs deux enfants. Rama et sa famille ont servi de boucliers humains pour dissuader les bombardements de la coalition. Son petit-fils Abdullah a contracté une maladie osseuse due au manque de soleil et aux conditions de vie précaires à un si jeune âge.

Quand Rama est retournée chez elle à Bab Likish, elle n’a trouvé qu’un tas de gravats. Elle attend une indemnisation du gouvernement pour sa maison, mais a peu d’espoir. Rama préfère se concentrer sur les besoins immédiats de sa famille.

 

 

Rama et Bashir souhaitent tous les deux que les enfants qui sont à leur charge bénéficient d’une meilleure éducation et d’une vie meilleure. Tous demandent de l’aide, soulignant les terribles effets qu’ont eu les trois années d’occupation de l’Organisation État Islamique sur leurs vies. SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a le devoir non seulement de venir en aide à ces familles, victimes de leur époque, mais aussi de les écouter et de s’assurer que leur voix est entendue.

Aidons les populations de Mossoul

JE FAIS UN DON

 

 

Photos : Marion BARREAU / SOLIDARITÉS INTERNATIONAL