Stanley Rothera, bénévole : « L’humanitaire est quelque chose qui me tient à coeur »

Publié lemercredi 2 décembre 2015

Stanley Rothera est bénévole pour SOLIDARITÉS INTERNATIONAL depuis plus de deux ans. A l’occasion de la Journée Mondiale du Bénévolat, le 5 décembre, il revient sur son engagement.

STANLEY ROTHERA

Depuis quand travailles-tu bénévolement pour SOLIDARITÉS INTERNATIONAL ?

Je travaille en tant que bénévole pour SOLIDARITÉS INTERNATIONAL depuis septembre 2013. J’ai eu envie de devenir bénévole lors d’une Journée Portes Ouvertes. J’étais à la retraite, j’ai voulu faire quelque chose d’utile, aider les plus démunis. L’humanitaire est quelque chose qui me tient à cœur. La thématique de l’eau m’intéresse plus particulièrement et SOLIDARITÉS INTERNATIONAL est spécialisée là-dedans.

Pourquoi as-tu choisi de travailler pour SOLIDARITÉS INTERNATIONAL ?

Je connais SOLIDARITÉS INTERNATIONAL depuis ses débuts. J’étais donateur. De plus, j’ai voyagé en Afghanistan en 1973 et j’affectionne particulièrement ce pays, sur lequel les premières actions de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL ont porté.

Que fais-tu en tant que bénévole chez SOLIDARITÉS INTERNATIONAL ?

Mon travail consiste à établir un contact avec les donateurs. Je les appelle pour les remercier et pour savoir ce qu’ils pensent de l’association. C’est une discussion, plus qu’un questionnaire. J’effectue en quelque sorte un « suivi de donateurs », pour garder le contact. Je ne fais pas d’appel à dons. J’envoie également la newsletter de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL par email et des invitations, pour la Journée Portes Ouvertes par exemple. Je travaille tous les mardis, de 16h30 à 18h30, car c’est une heure où les gens sont plus réceptifs à ce genre d’initiative et j’appelle environ 24 donateurs par semaine.

S'informer c'est déjà aider plus loin

Les champs marqués d’un astérisque * sont obligatoires.