Quand l’inhumanité frappe à notre porte

Publié lejeudi 12 novembre 2015

D’origine camerounaise, Yannick Oho Bambe est un réalisateur primé aujourd’hui installé en Angleterre. Il prépare actuellement un documentaire sur la cause des réfugiés dans le monde. SOLIDARITES INTERNATIONAL soutient la production de son film, dont le tournage a commencé dans la Jungle de Calais.

Peux-tu décrire ton parcours de réalisateur ?

Tout d’abord je me considère avant tout comme un humaniste, quelqu’un qui a une foi incommensurable en l’être humain. C’est cette conviction profonde qui m’a toujours animé tout au long de ma vie sur le plan personnel et professionnel, et qui m’a amené à réaliser mon premier court métrage « When Tottenham Exploded » en 2011, après les émeutes qui se sont produites à Londres et dans toute l’Angleterre. Le court-métrage avait aussi pour objectif de « dédiaboliser » la jeunesse des quartiers dits difficiles qui a tout de suite été blâmée par l’opinion publique. Le film se termine sur une note d’espoir, des jeunes générations d’un des quartiers dits difficiles de Londres. Ces enfants ont eu l’opportunité de dire au monde quels étaient leur rêves et leurs aspirations dans la vie et en faisant cela ont envoyé un message de responsabilité à la société anglaise.

Yannick Oho Bambe 680

Comment en es-tu venu à la cause de la migration et des réfugiés ?

C’est cette même conviction en l’humain qui me mène aujourd’hui vers la cause des migrants et des réfugiés, qui je pense m’a choisi pour faire ce film (et non le contraire). Je me considère moi-même comme un « migrant privilégié ». Je suis Camerounais d’origine ; le destin m’a fait quitter mon pays natal à l’âge de 14 ans. J’ai ensuite passé quelques années à Lille, avant de tenter l’aventure anglo-saxonne il y a près de 10 ans. Cependant mon histoire aurait pu être totalement différente, j’aurais pu naître dans des pays frontaliers du Cameroun : au Congo, qui connaît une guerre sanglante depuis plus de 20 ans, ou même en Centrafrique, qui connaît aussi une guerre qui a fait et qui continue à faire beaucoup de morts. J’aurais aussi pu naître un peu plus tard : plus récemment au Cameroun et dans une autre zone, comme celle du nord qui connait une instabilité à cause du groupe Boko Haram. Si cela avait été le cas, je ne serais peut-être pas en train de répondre à ces questions aujourd’hui. J’aurais pu être l’un de ces migrants ou réfugiés actuellement à Calais tentant de fuir l’horreur et cherchant juste la possibilité de vivre dans un monde meilleur.

Comment souhaites-tu traiter le sujet après le tournage à Calais, pour aller plus loin ?

Pour moi tout part de ce constat simple : on ne choisit pas l’endroit où l’on naît, sa couleur de peau, souvent même pas ses croyances religieuses et encore moins le fait que l’on soit de sexe masculin ou féminin. Par conséquent, personne ne devrait être jugé par rapport à ces critères. Ces personnes qui se retrouvent à Calais aujourd’hui et dans d’autres camps de réfugiés dans le monde ont été arrachées de force de leur terre d’origine et n’ont jamais eu le choix. Elles se sont tout simplement retrouvées au mauvais endroit, au mauvais moment. Si cela a pu leur arriver à cause de cette notion, alors cela pourrait arriver à n’importe lequel d’entre nous.

Le Cameroun me tient beaucoup à cœur et ce serait sûrement un retour à mes racines plein d’émotions, en plus des rencontres avec les populations. Après, je serai prêt à partir dans n’importe quel endroit dans le monde où nous pourrions avoir la possibilité d’offrir des témoignages variés qui permettraient d’atteindre l’objectif du film.

Justement, quel est l’objectif de ce documentaire ? Le projeter dans des festivals ? Sur le web ? Toucher un public aussi large que possible ? Alerter les autorités européennes sur la gestion des migrants ?

Je coche toutes les cases. Je compte envoyer la version longue du film à différents festivals, mettre une version courte du film sur le web disponible au public en vue de toucher et de sensibiliser un public le plus large possible et si possible alerter les autorités européennes sur la gestion des migrants et des réfugiés. Le pari de ce projet est vraiment d’impulser un élan de Solidarité(s) national et voir International.

Photo de couverture: © Vincent Tremeau

Soutenez nos équipes

JE FAIS UN DON

S'informer c'est déjà aider plus loin

Les champs marqués d’un astérisque * sont obligatoires.