Règles de confidentialité et cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus

J'ai compris

BannieresCalais

Le gouvernement annonce la création d’un camp de tentes à Calais : "C’est en deçà des besoins identifiés"

Le gouvernement français a annoncé mardi la mise en place, début 2016, d’un campement de tentes d’une capacité de 1 500 places à Calais pour répondre à l’afflux de réfugiés dans la région.  Alexandre Giraud, directeur des opérations de SOLIDARITÉS INTERNATIONAL qui est intervenue a Calais en juin en construisant des douches et des toilettes sur le site de la Lande, réagit.

 

Que penses-tu de cette annonce ?

Aujourd’hui, il y a un changement brutal dans la situation humanitaire mondiale et nous nous devons d’y être attentifs sans être alarmistes. La situation à Calais ressemble beaucoup à la situation des camps dans lesquels nous intervenons à l’étranger. C’est donc évidemment une bonne chose que le gouvernement apporte une réponse à cette question de l’accueil de ces réfugiés. Mais est-ce suffisant ? Est-ce assez rapide ?

Pourquoi ne serait-ce pas suffisant ?

Nous sommes intervenus à Calais dans le camp de La Lande en juin dernier aux cotés de nos partenaires (MdM, Le Secours Catholique et le Secours Islamique de France). Et, selon nos évaluations sur le terrain, nous avons comptabilisé entre 3000 et 3500 personnes. Or, le campement de tentes que prévoit de mettre en place le gouvernement ne dépasserait pas les 1 500 places. On est donc en deçà des besoins identifiés par nos équipes. Qu’adviendra-t-il des 1 500-2 000 personnes qui n’y auront pas accès ? Comment se fera la sélection ? Et, face à l’afflux incessant de ces réfugiés, leur nombre risque de grossir encore. Comment fera-t-on avec les nouveaux arrivants ? Toutes ces questions méritent d’être soulevées.

Le campement de tentes devrait voir le jour début 2016. Est-ce trop tard ?

Là encore, je ne peux pas dire que ce soit trop tard. Notre intervention à Calais avait aussi pour but d’interpeller les pouvoirs publics. L’annonce du gouvernement est donc une réaction positive. Mais début 2016, cela veut dire en plein cœur de l’hiver. Aujourd’hui, la situation sanitaire est déjà catastrophique. Avec l’arrivée de l’hiver, de la baisse des températures et de l’humidité, cela risque de s’aggraver.

la lande

Si rien n’est fait pour l’accueil des réfugiés d’ici janvier 2016, envisage-t-on un retour de nos équipes sur place ?

Notre équipe d’urgence qui est intervenue reste bien sûr attentive, en veille constante et se tient prête à y revenir si les besoins  en Eau, hygiène et assainissement empirent et nécessitent notre intervention. Aujourd’hui, rien n’est exclu.

Tu parles de réfugiés plutôt que de migrants… Pourquoi ?

Je crois qu’il ne faut pas avoir de complexe à parler de réfugiés. A Calais, nous sommes face à une population venue de pays en guerre et où l’on intervient. Je pense notamment à la Syrie. Nous sommes témoins de ce que vivent ces personnes dans leur pays d’origine. Rester dans leur pays est une entrave à leur sécurité. Dans la grande majorité des cas, ces réfugiés fuient la guerre et viennent en Europe pour sauver leur vie et celle de leur famille.

Si l’on parle de "réfugiés" et de "campements" pour les accueillir, faut-il alors parler de camps de réfugiés en France ?

Nous sommes intervenus à Calais sur les mêmes standards que dans les camps dans lesquels nous intervenons à l’étranger comme au Liban, au Cameroun ou au Soudan du Sud. Par ailleurs, dans ces pays, comme à Calais, les camps sont installés sur des terrains mis à disposition volontairement par les autorités. Au final, nous avons donc bien à faire à un camp de réfugiés, à la seule différence qu’à Calais, personne n’a été mandaté pour gérer ce site de La Lande.

Les réfugiés arrivent aussi par milliers dans l’est de l’Europe. Envisage-t-on d’intervenir là-bas ?

Bien sûr, SOLIDARITES INTERNATIONAL reste attentive sur la situation dans l’est de l’Europe. Nous restons en veille si des besoins apparaissent en Eau, hygiène et assainissement dans ces pays de transit de l’est de l’Europe.

Nos équipes ont besoin de votre soutien

JEFAISUNDONBLEUEn savoir plus:

   - Contexte
   - Calais : rendre leur dignité aux migrants sur le sol français
   - Migrants à Calais : fuir pour sauver sa vie

Partager cet article

FaLang translation system by Faboba

En toute transparence

91,3 %
de nos ressources
affectées aux
populations
démunies
En savoir plus

Abonnez-vous à la NEWSLETTER


bouton-abonnement2


Restez informé :

> La newsletter
> Le journal

Solidarités International
89, RUE DE PARIS
92110 CLICHY LA GARENNE
FRANCE
Tél : + 33 (0)1 76 21 86 00
Fax : + 33 (0)1 76 21 86 99
> CONTACTEZ-NOUS